• Négociations européennes suspendues. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé ce midi que les tractations entamées hier entre les dirigeants des États membres de l’UE pour s’accorder sur les nominations aux postes clés, comme la présidence de la Commission européenne, étaient suspendues jusqu’à demain 11h. « Nous avons terminé cette journée sur un échec, c’est une très mauvaise image pour le Conseil et pour l’Europe », a commenté Emmanuel Macron.

  • Manifestants tués au Soudan. Plusieurs responsables du mouvement de contestation au Soudan ont dénoncé aujourd’hui des violences ayant causé hier la mort de 10 manifestants réclamant le départ des militaires au pouvoir depuis mi-avril. La manifestation organisée hier a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes, soit le plus important rassemblement depuis qu’une opération de répression des opposants a fait une centaine de morts le 3 juin.

  • Manifestations à Hong Kong. Plusieurs dizaines de manifestants hostiles au gouvernement hongkongais, auquel ils reprochent sa proximité avec les autorités chinoises, se sont introduits de force dans le parlement aujourd’hui et ont réclamé le départ de la dirigeante de l’exécutif de cette région administrative spéciale chinoise ainsi que le retrait d’un projet de loi visant à permettre des extraditions notamment vers la Chine continentale. Plusieurs dizaines de milliers de manifestants prodémocratie ont défilé pour marquer le 22e anniversaire de la rétrocession du territoire à la Chine.

  • Nucléaire iranien. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que son pays avait dépassé la limite de réserves d’uranium enrichi imposée par l’accord de 2015 qui avait conduit à une levée des sanctions internationales prises contre le pays, a rapporté l’agence de presse iranienne Isna. Les autorités iraniennes avaient annoncé en mai qu’en raison du retrait des États-Unis de l’accord l’an dernier, elles ne se sentaient plus tenues de respecter l’intégralité des contraintes fixées.

  • Justice antiterroriste. Le parquet national antiterroriste, chargé des infractions terroristes, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité et qui aura pour mission de préparer les grands procès des attentats de ces dernières années, est entré en vigueur aujourd’hui. Il s’agit du deuxième parquet spécialisé à compétence nationale après le parquet national financier, lancé en 2014 à la suite de l’affaire Cahuzac.

  • Encadrement des loyers. Un dispositif d’encadrement des loyers s’applique depuis aujourd’hui à Paris, obligeant les bailleurs à ne pas dépasser de plus de 20 % des « prix de référence » calculés selon les quartiers de la capitale, sous peine d’amende. Un tel système avait été mis en place entre 2015 et 2017 avant d’être annulé par la justice administrative, puis autorisé par la loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan) promulguée en novembre 2018.