15 juillet 2019

Tout s'explique

La croissance chinoise à son niveau le plus bas depuis 1992

Où en est la croissance de l’économie chinoise ?

Le bureau national des statistiques chinois a annoncé aujourd’hui que la croissance chinoise avait progressé de 6,3 % au premier semestre 2019 selon les chiffres officiels, par rapport au premier semestre 2018. Il s’agit du taux de croissance le plus faible constaté en Chine depuis le début de la publication de ses données trimestrielles en 1992. La croissance annuelle chinoise ralentit fortement depuis 2007 ; elle avait alors atteint un pic à 14,2 %, selon les données de la Banque mondiale. Le taux de croissance annoncé aujourd’hui correspond néanmoins à l’objectif annuel fixé entre 6 % et 6,5 % en mars par le Premier ministre chinois, Li Keqiang. Le secteur des services est celui qui a le plus progressé : il a augmenté de 7 % entre juin 2018 et juin 2019, contre 3 % pour le secteur primaire (agriculture, mines, etc.) et 5,8 % pour l’industrie. Pour faire face à ce ralentissement, le gouvernement a baissé la fiscalité début avril, en réduisant notamment la TVA de 16 % à 13 % pour les produits manufacturés.

Comment ont évolué les relations économiques avec les États-Unis ?

Dénonçant une balance commerciale (différence entre le montant des exportations et des importations) défavorable aux États-Unis et après l’échec de négociations avec la Chine, le président américain, Donald Trump, a instauré l’an dernier des droits de douane de 10 % à 25 % sur des importations chinoises représentant une valeur annuelle de 250 milliards de dollars. La Chine a répliqué avec des mesures similaires. Les deux pays ont à nouveau relevé en mai leurs droits de douane sur plusieurs milliards de dollars de marchandises supplémentaires, avant de décréter une trêve fin juin et de reprendre des négociations. « La guerre commerciale a d’énormes répercussions sur l’économie chinoise, a estimé auprès de l’AFP Edward Moya, analyste de l’agence de courtage américaine Oanda. Et comme les négociations peinent à donner des progrès significatifs, nous sommes certainement encore loin du creux de la vague pour l’économie chinoise. »

Quel risque la baisse de la croissance chinoise fait-elle peser au niveau mondial ?

Dans une note publiée en mars, l’OCDE, une organisation qui réunit 36 pays parmi les plus développés du monde, expliquait qu’un ralentissement de la croissance chinoise, s’il était encore « plus marqué » que prévu, « serait lourd de conséquences pour la croissance et les échanges au niveau mondial, compte tenu de l’importance des liens qui unissent maintenant la Chine au reste du monde ». Le risque représenté par la Chine s’explique notamment par sa place prépondérante dans la consommation mondiale de matières premières, comme le souligne le centre de réflexion BSI Economics. Le pays contribue en effet à près de la moitié de la consommation mondiale d’acier et de charbon, selon la World Steel Association, une association professionnelle du secteur de l’acier, et selon l’Agence internationale de l’énergie, une organisation regroupant 30 pays parmi les plus industrialisés du monde.