17 juillet 2019

Tout s'explique

Ursula von der Leyen élue présidente de la Commission européenne

Quel programme Ursula von der Leyen a-t-elle présenté au Parlement européen ?

Le Parlement européen a approuvé hier soir, par 383 voix contre 327 et 22 abstentions, la nomination de l’Allemande Ursula von der Leyen au poste de présidente de la Commission européenne. Les chefs d’État et de gouvernement avaient proposé sa candidature début juillet. Avant le vote, elle a prononcé un discours dans lequel elle s’est engagée à ce que « l’Europe devienne le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici à 2050 », c’est-à-dire à équilibrer les émissions de CO2 et leur élimination de l’atmosphère. Elle a déclaré viser une réduction de ces émissions de 50 % voire 55 % d’ici 2030 par rapport à 1990, au lieu de l’objectif actuel de 40 %. Elle prévoit de mobiliser 1 000 milliards d’euros d’investissements dans la transition écologique d’ici 10 ans. Elle souhaite que tous les Européens aient droit à un salaire minimum, que le Parlement européen dispose d’un droit d’initiative législative et s’est déclarée « disposée à reporter » la date du Brexit.

Quelles seront ses fonctions en tant que présidente de la Commission européenne ?

Membre du gouvernement allemand depuis le premier mandat d’Angela Merkel en 2005, Ursula von der Leyen est la première femme nommée à la présidence de la Commission européenne. Son mandat est de cinq ans. À ce poste, elle sera chargée de l’organisation de la Commission et d’attribuer les portefeuilles aux commissaires, comme le décrit le site de la Commission européenne. La Commission est composée, en comprenant sa présidence, de 28 commissaires représentant chacun un pays membre de l’UE. La présidente devra diriger les réunions hebdomadaires de la Commission et sera chargée de définir et d’appliquer le programme de l’institution, la seule instance de l’UE qui peut proposer des textes législatifs. Elle jouera également un rôle de représentante de la Commission lors des réunions du Conseil européen ou lors de sommets internationaux.

Quels autres postes doivent encore être attribués ?

Le Parlement européen doit encore se prononcer sur les candidatures de la Française Christine Lagarde au poste de présidente de la Banque centrale européenne et de l’Espagnol Josep Borrell à celui de haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères, qui ont tous les deux été choisis par les dirigeants des États membres début juillet. Les commissaires désignés par Ursula von der Leyen devront être auditionnés par le Parlement européen à partir de septembre, avant une entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne prévue le 1er novembre. En 2004, le Parlement avait par exemple refusé la composition de la Commission européenne proposée par José Manuel Barroso, alors président de cette instance. Un nouveau président de la Cour des comptes européenne, chargée de contrôler la gestion financière de l’Union européenne, doit également être élu pour un mandat de trois ans par les 28 membres de cette organisation d’ici octobre.