• Amende pour Qualcomm. La Commission européenne a annoncé aujourd’hui avoir infligé une amende de 242 millions d’euros pour abus de position dominante au fabricant américain de composants électroniques Qualcomm, accusé d’avoir pratiqué entre 2009 et 2011 des prix inférieurs à ses coûts de production pour évincer l’un de ses concurrents. L’amende représente environ 1,3 % du chiffre d’affaires de Qualcomm en 2018, selon la Commission européenne. L’institution avait déjà infligé l’an dernier une autre amende au groupe, de 997 millions d’euros, pour un autre cas d’abus de position dominante.

  • Suspension de la Turquie du programme F-35. Les États-Unis ont annoncé hier soir avoir suspendu la Turquie de leur programme d’avions de chasse F-35, dont ils devaient lui livrer une centaine d’exemplaires, en raison de l’acquisition par le pays du système de défense antiaérienne russe S-400. Les États-Unis avaient averti en juin la Turquie qu’elle avait jusqu’à fin juillet pour annuler sa commande à la Russie, mais le pays a commencé à recevoir sa livraison vendredi dernier.

  • Déversement de pétrole en mer. Un mélange d’eau et de pétrole a été déversé hier dans l’Atlantique Nord, au large de la côte est du Canada, depuis l’un des réservoirs d’une plateforme détenue notamment par l’entreprise américaine ExxonMobil et exploitée par le consortium HMDC, a annoncé le groupe. La production a été arrêtée de manière préventive. Environ 12 000 litres de pétrole ont été déversés, selon un observateur indépendant cité par HMDC.

  • Accord sur l’égalité femmes-hommes chez Orange. L’opérateur de télécommunications Orange a annoncé aujourd’hui avoir signé hier, avec la fédération syndicale internationale UNI Global Union, un accord sur l’égalité femmes-hommes qui s’appliquera aux 149 000 salariés du groupe dans le monde, ainsi qu’à ses sous-traitants et ses filiales. En plus d’atteindre l’égalité salariale, l’accord vise à renforcer l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle et à lutter contre les discriminations et les violences.

  • Décès de trois militaires français. La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé aujourd’hui le décès dans la nuit de trois militaires en Guyane, lors d’une mission contre l’orpaillage illégal. Ils ont été victimes d’émanations toxiques provenant d’une galerie souterraine où ils s’apprêtaient à déposer des charges explosives pour détruire les installations d’orpailleurs. Les cinq autres militaires avec lesquels ils intervenaient ont été hospitalisés.