• L’Assemblée nationale et Rugy. Dans un rapport rendu aujourd’hui, le secrétaire général de l’Assemblée nationale, Michel Moreau, a estimé que l’ancien président de l’institution François de Rugy n’avait commis « aucune irrégularité » en organisant avec sa femme des dîners que le journal d’investigation Mediapart a qualifiés il y a deux semaines de « somptueuses agapes entre amis ». Le rapport estime que neuf des repas incriminés ne peuvent pas être qualifiés de « privés », mais que François de Rugy pourrait rembourser les dépenses relatives à trois autres réceptions qui « présentent à la fois un caractère familial ou amical et un niveau manifestement excessif ».

  • Le Ceta voté à l’Assemblée. Les députés ont voté cet après-midi en faveur de la ratification du Ceta, le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, par 266 voix contre 213 et 74 abstentions. Déjà appliqué partiellement, l’accord, qui supprime les droits de douane sur 98 % des produits échangés entre les signataires, doit être examiné au Sénat à l’automne et ratifié par les 38 Parlements nationaux et régionaux de l’UE.

  • Solidarité et migrants. Emmanuel Macron a annoncé hier soir que 14 États membres de l’Union européenne, dont le Portugal et la Croatie, avaient donné leur accord à la création d’un « mécanisme de solidarité » envers les migrants proposé par la France et l’Allemagne. Huit d’entre eux se sont dits prêts à participer de manière active à ce dispositif qui consisterait à répartir de manière systématique entre les différents pays volontaires les personnes secourues en mer plutôt que de négocier au cas par cas comme cela se produit actuellement.

  • Investiture rejetée en Espagne. Les députés espagnols ont refusé aujourd’hui l’investiture au Premier ministre sortant, le socialiste Pedro Sanchez, par 170 votes contre, 124 pour et 52 abstentions. Le parti socialiste espagnol est arrivé en tête des élections législatives du 28 avril, mais il ne dispose pas d’une majorité au Congrès des députés et cherche à obtenir le soutien du mouvement de gauche radicale Unidas Podemos pour que Pedro Sanchez soit investi lors d’un second vote, prévu jeudi.

  • Démolitions près de Jérusalem. Les autorités d’Israël ont annoncé aujourd’hui que l’armée avait démoli hier 12 bâtiments appartenant à des Palestiniens au sud de Jérusalem construits selon elles trop près de la barrière de sécurité séparant la ville de la Cisjordanie. La France, l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni ont condamné « fermement », dans une déclaration commune, ces démolitions jugées « contraires au droit international humanitaire et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ».

  • Panne d’électricité au Venezuela. Le Venezuela a été touché hier soir par une panne d’électricité qui a affecté la totalité des États du pays. Le ministre de la Communication, Jorge Rodríguez, a affirmé que l’incident était dû à une « attaque électromagnétique visant à nuire au système de production hydroélectrique », tandis que l’opposant Juan Guaido, président autoproclamé, a déclaré : « Ils ont détruit le système électrique et n’ont pas de solutions. »