30 juillet 2019

Tout s'explique

Les violences perdurent en Afghanistan

Quel est l’impact du conflit afghan sur les civils ?

« Le conflit en Afghanistan continue d’avoir un impact dévastateur sur les civils », a alerté aujourd’hui la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan, qui a dénombré 1 366 morts et 2 446 blessés civils au premier semestre 2019. Si le nombre de victimes civiles (morts et blessés) est en baisse de 27 % par rapport à la même période en 2018, l’organisation s’inquiète de la hausse du nombre de civils tués au deuxième trimestre 2019 par rapport au premier trimestre. Elle considère que les efforts annoncés par les parties concernées par le conflit (forces progouvernementales et groupes insurgés) sont « insuffisants ». Jeudi, trois attentats ont fait au moins 10 morts et plus de 40 blessés parmi les civils dans la capitale, Kaboul, selon le gouvernement. La branche afghane de l’organisation État islamique (EI) a revendiqué les deux premiers attentats et les talibans le troisième.

Où en est la médiation américaine ?

Les États-Unis ont lancé en 2001 une offensive en Afghanistan, où était réfugié Oussama Ben Laden, dirigeant de l’organisation terroriste Al-Qaïda responsable des attentats du 11-Septembre, mettant un terme au régime taliban à la tête du pays depuis 1996. Avec le soutien de l’ONU et des États-Unis, un gouvernement de transition a été mis en place, dont l’autorité continue d’être contestée par les talibans et les membres de l’EI. Les États-Unis ont entamé l’an dernier une médiation avec les talibans, qui contrôlent une partie du territoire (voir carte). Mais l’un de leurs porte-parole a précisé dimanche qu’ils n’iraient pas plus loin dans les discussions tant qu’un calendrier du retrait des troupes étrangères n’était pas annoncé et qu’ils ne souhaitaient pas dialoguer avec l’actuel gouvernement afghan. Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a fixé pour objectif de parvenir à un accord de paix d’ici le 1er septembre, avant l’élection présidentielle afghane.

Quand l’élection présidentielle doit-elle avoir lieu en Afghanistan ?

La prochaine élection présidentielle en Afghanistan doit se tenir le 28 septembre, afin de désigner le successeur d’Ashraf Ghani. Initialement prévue le 20 avril, elle a déjà été plusieurs fois décalée. Fin 2018, la Commission électorale indépendante (CEI) l’avait reportée au 20 juillet, arguant qu’il fallait plus de temps pour pallier les problèmes techniques du système d’identification biométrique des électeurs, survenus lors des élections législatives d’octobre 2018, et pour faire face à l’insécurité, la campagne ayant été marquée par des attaques mortelles contre une dizaine de candidats. La CEI a annoncé en mars un autre report jusqu’à fin septembre. L’élection présidentielle est désormais prévue en même temps que les élections provinciales. Le président afghan est chargé du commandement des forces armées et désigne les ministres et les gouverneurs.