• Migrants sauvés en mer. La Commission européenne a annoncé aujourd’hui que la France, l’Allemagne, l’Irlande, le Luxembourg, le Portugal et l’Église catholique italienne avaient accepté d’accueillir les 131 migrants sauvés jeudi en mer Méditerranée par un navire des gardes-côtes italiens. Le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, attendait cet accord européen pour autoriser les personnes secourues à débarquer dans le port de Catane en Sicile.

  • Commande de TGV. La SNCF a annoncé aujourd’hui qu’elle passait commande de 12 rames de TGV supplémentaires au constructeur français Alstom pour un montant de 335 millions d’euros. « Cette commande concrétise le retournement durable du modèle économique du TGV, a déclaré aux Échos Rachel Picard, qui dirige l’activité TGV de la SNCF. Nous allons atteindre en 2019 le niveau de trafic qui était attendu en 2021-2022. »

  • Écoles fermées au Soudan. Le Conseil militaire de transition au pouvoir au Soudan depuis un coup d’État mené en avril a ordonné hier soir la fermeture temporaire de toutes les écoles du pays à partir d’aujourd’hui. Cette décision fait suite à la mort par balles lundi de six manifestants, dont cinq lycéens, tués dans le centre du pays alors qu’ils protestaient contre une pénurie de pain et de carburant. Les négociations sur une transition démocratique qui devaient commencer hier entre les militaires au pouvoir et les représentants du mouvement de contestation civil ont été suspendues.

  • Missiles nord-coréens. La Corée du Nord a tiré aujourd’hui deux missiles balistiques de courte portée dans la mer du Japon, a annoncé l’armée sud-coréenne. Le pays avait également procédé à de tels tirs il y a six jours pour protester contre des exercices militaires conjoints entre les États-Unis et la Corée du Sud.

  • Politique migratoire américaine. L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), une association de défense des droits des citoyens, a demandé hier soir à un juge fédéral de faire cesser la séparation des familles ayant franchi illégalement la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Alors que l’exécutif avait annoncé en juin 2018 qu’il mettait fin à cette politique, l’ACLU affirme que plus de 900 enfants ont été séparés de leurs parents depuis.