1er août 2019

Tout s'explique

La banque centrale américaine baisse ses taux d’intérêt

Pourquoi la banque centrale américaine réduit-elle ses taux d’intérêt ?

La banque centrale américaine (« Federal Reserve » ou « Fed ») a annoncé hier la réduction de ses taux d’intérêt, de 0,25 point, ce qui les ramène entre 2 % et 2,25 %. Les banques commerciales pourront donc lui emprunter de l’argent à un taux plus faible. C’est la première fois qu’elle procède à une telle baisse depuis 2008, au moment de la crise économique mondiale. La Fed avait remonté ses taux pour la dernière fois en décembre. Le président de l’institution, Jerome Powell, a justifié ce choix en déclarant qu’il s’agissait d’une « assurance contre les risques », citant la « faiblesse de la croissance mondiale », en particulier à un niveau bas dans la zone euro et à un ralentissement en Chine, et « l’incertitude des politiques commerciales ». Il a ajouté qu’il s’agissait aussi d’un moyen de faire remonter plus vite l’inflation vers l’objectif de 2 % fixé par l’institution.

Quel est le rôle de la Fed ?

Comme toute banque centrale, la Fed est une institution chargée de décider et d’appliquer une politique monétaire. Le Congrès américain lui a fixé trois objectifs à poursuivre dans ce domaine : atteindre un taux d’emploi maximum, assurer la stabilité des prix et promouvoir des taux d’intérêt modérés à long terme. La Fed doit également maintenir la stabilité du système financier, superviser et contrôler les institutions financières, veiller à la sécurité et à l’efficacité des systèmes de paiement et protéger les consommateurs, selon les missions mentionnées sur son site. La Fed est indépendante du pouvoir exécutif, mais les sept membres de son Conseil des gouverneurs, qui joue le rôle de conseil d’administration, sont nommés par le président américain et confirmés par le Sénat.

Quelle est la situation économique des États-Unis ?

« Les perspectives de l’économie américaine restent favorables », a souligné hier Jerome Powell, expliquant que l’action de la Fed sur les taux d’intérêt visait à « soutenir ces perspectives ». Les États-Unis ont ainsi enregistré le 1er juillet la 10e année de croissance continue de leur produit intérieur brut, soit la plus longue période d’expansion économique du pays. Les États-Unis ont ainsi renoué avec la croissance en juin 2009, après être entrés en récession en 2008 du fait de la crise économique mondiale. L’activité a progressé au rythme moyen de 2 % par an sur cette période et a atteint 2,9 % l’an dernier. En avril, le taux de chômage américain a atteint 3,6 % de la population active, soit un taux quasiment au plus bas depuis 50 ans, selon le département américain du Travail.