• L’Italie et les migrants. Le Sénat italien a voté hier soir en faveur d’un décret porté par le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, qui sanctionne les navires de sauvetage de migrants entrant sans autorisation dans les eaux italiennes. Le texte, qui doit encore être signé par le président italien, Sergio Mattarella, prévoit des amendes pouvant aller jusqu’à 1 million d’euros pour les ONG qui affrètent ces bateaux.

  • Menaces contre les manifestants hongkongais. Un porte-parole du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, une agence gouvernementale chinoise, a menacé aujourd’hui les manifestants qui réclament depuis juin davantage de démocratie à Hong Kong en déclarant : « Ceux qui jouent avec le feu périront par le feu. » La police hongkongaise a annoncé aujourd’hui que 148 personnes avaient été arrêtées hier, principalement pour des heurts avec les forces de l’ordre au cours des manifestations.

  • Royaume-Uni et Iran. Le ministère britannique de la Défense a annoncé hier soir que le Royaume-Uni allait participer à la « mission de sécurité maritime dans le Golfe » menée par les États-Unis pour éviter de nouvelles saisies de navires par l’Iran, qui a déjà arraisonné trois pétroliers dans la région depuis mi-juillet. Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a néanmoins précisé vouloir « maintenir l’accord nucléaire » avec l’Iran. Le 22 juillet, son prédécesseur, Jeremy Hunt, avait déclaré que le Royaume-Uni ne voulait pas d’une mission commune avec les États-Unis, car il ne partageait pas la politique américaine de « pression maximale » sur l’Iran.

  • Avoirs vénézuéliens gelés. Le président des États-Unis, Donald Trump, a ordonné hier soir le gel des biens détenus par le gouvernement vénézuélien aux États-Unis. Dans une lettre envoyée à la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, le chef de l’État justifie cette décision par « la poursuite de l’usurpation du pouvoir par le régime illégitime de Nicolas Maduro », les États-Unis considérant depuis janvier que le président légitime du Venezuela est l’opposant Juan Guaido.

  • Déforestation au Brésil. La déforestation a augmenté de 67 % au Brésil au cours des sept premiers mois de l’année par rapport à la même période l’an dernier, selon des données relevées aujourd’hui par l’agence de presse Reuters sur le site de l’INPE, l’agence spatiale brésilienne. Le directeur de l’INPE a été limogé vendredi. Au pouvoir depuis le 1er janvier, le président du Brésil, Jair Bolsonaro, qui s’est engagé à favoriser les investissements agricoles et miniers en Amazonie, avait contesté en juillet les chiffres de déforestation communiqués à plusieurs reprises depuis le début de l’année par l’agence spatiale.

  • Condamnation d’un député LREM. Le tribunal correctionnel de Rennes a condamné aujourd’hui le député LREM d’Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité pour avoir utilisé à des fins personnelles les fonds d’une association d’insertion professionnelle qu’il présidait jusqu’à son élection en 2017. Le député a fait savoir par son avocat qu’il allait faire appel et qu’il conserverait son siège à l’Assemblée nationale en attendant la décision de la cour d’appel.