9 août 2019

Tout s'explique

Crise gouvernementale en Italie

Quelle crise la coalition gouvernementale italienne traverse-t-elle ?

Matteo Salvini, ministre italien de l’Intérieur et dirigeant du parti anti-immigration La Ligue, a réclamé hier des élections législatives anticipées, renonçant ainsi à la coalition de gouvernement entre son parti et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème). « Allons tout de suite au Parlement pour prendre acte qu’il n’y a plus de majorité », a exigé le ministre de l’Intérieur dans un communiqué, estimant qu’il fallait donner « rapidement la parole aux électeurs ». Le gouvernement reste en place pour l’instant, tant qu’une motion de défiance n’est pas votée par le Parlement ou que le président du Conseil, Giuseppe Conte, ne présente pas sa démission. La Constitution italienne impose que des élections législatives soient organisées dans un délai de 70 jours après la dissolution du Parlement, que seul le président de la République, Sergio Mattarella, peut ordonner.

Sur quels sujets s’opposent la Ligue et le Mouvement 5 étoiles ?

La crise a été déclenchée par l’adoption mercredi soir au Sénat d’une motion favorable à la construction de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin. La Ligue et l’opposition ont voté en sa faveur, alors que le M5S est un adversaire de longue date du projet pour des raisons environnementales. Depuis la formation de ce gouvernement de coalition, les deux alliés se sont régulièrement opposés, sur des sujets aussi divers que la conduite à tenir face aux institutions européennes, la gestion des migrants, la TVA, les Jeux olympiques d’hiver, les vaccins ou le cannabis. Malgré un nombre de parlementaires supérieur à celui de la Ligue, le M5S a dû revoir plusieurs promesses de campagne, en révisant à la baisse son revenu de citoyenneté universel ou en votant une amnistie fiscale à la demande de la Ligue, alors que la lutte contre la fraude et la corruption était l’un de ses thèmes de prédilection.

Quels ont été les résultats des dernières élections en Italie ?

Le gouvernement actuel avait été formé après les élections législatives de mars 2018, où le M5S était arrivé en tête avec 32 % des voix, devant la Ligue qui avait récolté plus de 17 % des votes. Les élections européennes de mai ont donné un résultat inverse, puisque la Ligue s’est imposée avec 34 % des voix, le M5S obtenant 17 % des suffrages. Le Parti démocrate (gauche) est arrivé en deuxième position, avec 22 %. En plus de cette dynamique, le M5S risque d’être handicapé lors d’une future campagne par le fait que ses statuts internes interdisent à ses parlementaires d’effectuer plus de deux mandats. Plusieurs cadres du mouvement seraient concernés, comme le vice-Premier ministre et dirigeant du M5S, Luigi Di Maio, et le président de la Chambre des députés, Roberto Fico.