• Soupçons de transfert de djihadistes vers l’Irak. Dans une lettre envoyée aujourd’hui au Premier ministre français, Édouard Philippe, la rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, soupçonne les autorités françaises d’avoir participé au transfert d’une dizaine de membres français du groupe djihadiste État islamique de la Syrie vers l’Irak, où ils ont été condamnés à mort. Elle estime qu’un tel transfert, s’il est avéré, « ne permet pas une politique de justice pour les victimes de Daech », car la justice n’est pas rendue de manière transparente.

  • Manifestations à Hong Kong. Tous les vols ont été annulés à l’aéroport international de Hong Kong aujourd’hui, le fonctionnement des lieux étant perturbé par la présence de plusieurs milliers de manifestants réclamant plus de démocratie et une diminution du pouvoir des autorités chinoises dans cette région administrative spéciale de la Chine. Les manifestants dénoncent également plusieurs violences commises par la police ces derniers jours.

  • Rassemblement d’opposants à Moscou. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Moscou, à l’occasion d’un rassemblement autorisé, pour réclamer des élections libres lors du scrutin prévu le 8 septembre pour choisir les membres du Parlement de la capitale russe. Il s’agissait de la plus forte mobilisation de l’opposition depuis la réélection de Vladimir Poutine à la présidence du pays en 2012.

  • Heurts à Jérusalem. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées hier dans des affrontements entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes dans la vieille ville de Jérusalem. Les tensions ont été provoquées par la concomitance de deux fêtes religieuses, l’une musulmane, l’autre juive, qui a incité certains fidèles juifs à vouloir accéder au mont du Temple, le premier lieu saint du judaïsme, où se trouve l’esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l’islam sunnite.

  • Présidentielle au Guatemala. Le candidat conservateur Alejandro Giammattei a remporté hier le deuxième tour de l’élection présidentielle au Guatemala, un État d’Amérique centrale, avec environ 58 % des suffrages, devant la sociale-démocrate Sandra Torres. Au cours de la campagne, il a promis de rétablir la peine de mort et de combattre les criminels et les trafiquants de drogue à coups de « testostérone ».