14 août 2019

Tout s'explique

L’économie allemande ralentit

Qu’a annoncé l’Office fédéral allemand des statistiques ?

L’économie allemande a reculé au deuxième trimestre, avec une baisse de 0,1 % de son produit intérieur brut (PIB) par rapport au trimestre précédent, a annoncé aujourd’hui l’Office fédéral des statistiques, Destatis. La chancelière allemande, Angela Merkel, a reconnu que le pays traversait « une phase difficile ». La croissance est passée de 2,2 % en 2017 à 1,4 % en 2018. Et si le premier trimestre de 2019 avait été marqué par un léger rebond (+0,4 %), l’Allemagne avait échappé de peu à la récession sur les deux derniers trimestres de 2018 (-0,2 % et 0 %). Un pays est considéré en récession lorsque son PIB recule lors de deux trimestres d’affilée. L’Allemagne n’a plus connu de récession depuis 2009, au moment de la crise financière mondiale.

Comment s’explique le ralentissement de l’économie allemande ?

« Les exportations, en baisse de 8 % en juin, ont diminué plus fortement que les importations », a affirmé aujourd’hui Destatis pour expliquer ce recul du PIB. La croissance de l’économie allemande est depuis longtemps portée par ses exportations, qui ont progressé chaque année depuis le milieu des années 1990, à l’exception de 2009, à cause de la crise financière. En 2018, la balance commerciale allemande était excédentaire de 227 milliards d’euros, ce qui signifie que l’Allemagne vend plus de biens à l’étranger qu’elle n’en achète, mais elle avait déjà baissé de 20 milliards d’euros par rapport à 2017. « Les succès renouvelés à l’exportation ne doivent tromper personne. Les vents contraires vont devenir plus rudes », avait prévenu en février la fédération regroupant les industriels allemands, inquiète en particulier des conséquences du Brexit et de l’affrontement commercial entre les États-Unis et la Chine.

Quels secteurs sont les plus importants pour l’économie allemande ?

L’Allemagne, qui possède le quatrième PIB mondial, est le pays le plus industrialisé d’Europe selon les données de la Banque mondiale, un organisme international de financement du développement. Le secteur industriel représentait 27,6 % de son PIB en 2017 (contre 20 % en France). L’industrie automobile en est le principal contributeur et fournit près de 20 % des exportations allemandes, selon Destatis, mais l’Allemagne conserve également des industries importantes dans les domaines de la construction mécanique, des équipements électriques et électroniques et des produits chimiques. Du fait de l’importance des exportations pour son économie, une baisse de la demande externe a un impact plus important en Allemagne que dans d’autres pays. La production industrielle a reculé de 5 % en un an, selon Destatis, mais le taux de chômage reste l’un des plus bas d’Europe, à 5 % de la population active en juillet, selon l’Agence fédérale pour l’emploi.