20 août 2019

Tout s'explique

Démission du chef du gouvernement italien

Pourquoi Giuseppe Conte a-t-il démissionné ?

Giuseppe Conte, le président du Conseil des ministres italien, a déclaré cet après-midi devant le Sénat qu’il comptait présenter sa démission au président italien, Sergio Mattarella. Il a affirmé avoir pris cette décision en raison du dépôt d’une motion de défiance contre le gouvernement par le parti anti-immigration La Ligue, dirigé par le ministre de l’Intérieur et vice-président du Conseil, Matteo Salvini. « Matteo Salvini a rompu le contrat de gouvernement et a agi par intérêt personnel et politique », a déclaré Giuseppe Conte. Matteo Salvini a réclamé le 8 août des élections législatives anticipées en raison de désaccords avec le Mouvement 5 étoiles (M5S), le parti antisystème partenaire de la Ligue au sein du gouvernement de coalition depuis juin 2018. La crise a été déclenchée par l’opposition du M5S au projet de construction de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, soutenu par La Ligue.

Comment cette crise peut-elle être résolue ?

Il revient désormais au président italien de consulter les parlementaires pour voir s’il peut trouver un nouveau chef de gouvernement ou de dissoudre le Parlement pour convoquer de nouvelles élections générales. Matteo Renzi, président du Conseil des ministres de 2014 à 2016 et membre du Parti démocrate, une formation de centre gauche, a proposé le 11 août à l’ensemble des forces politiques italiennes de s’unir derrière un « gouvernement institutionnel » pour « sauver l’Italie » d’une dérive « extrémiste ». Il souhaite ainsi éviter le retour aux urnes afin de permettre l’élaboration du budget 2020 et propose de supprimer la hausse de la TVA prévue en janvier 2020. L’ancien chef du gouvernement italien et ex-président de la Commission européenne Romano Prodi a proposé dimanche de son côté la formation d’une coalition rassemblant les partis de gauche et de droite qui ont soutenu la candidature de l’Allemande Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne.

Quelle a été l’action du gouvernement sortant ?

La coalition M5S-Ligue a adopté en janvier ses deux principales réformes économiques. Souhaité par le M5S, un revenu de citoyenneté a été instauré sous condition de ressources. Il peut aller jusqu’à 780 euros pour une personne seule et 1 330 euros pour une famille avec enfants. L’âge auquel il est possible de partir à la retraite a été abaissé, à 62 ans, à condition d’avoir cotisé 38 années. Ces deux réformes, qui contribuent à augmenter les dépenses publiques, ont provoqué un différend avec la Commission européenne sur le budget 2019 et son déficit. L’action de la coalition se caractérise également par un durcissement de la politique d’immigration. En novembre 2018, le Parlement a adopté un texte sur les conditions de séjour des demandeurs d’asile. Le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a systématiquement bloqué les débarquements de bateaux ayant recueilli des migrants en Méditerranée.