• Incendies en Amazonie. Le nombre d’incendies de forêt enregistrés au Brésil depuis le début de l’année est en hausse de 83 % par rapport à la même période en 2018, selon des chiffres publiés mardi par l’INPE, l’agence spatiale brésilienne. Plus de la moitié des départs de feu ont eu lieu dans la forêt amazonienne. Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a déclaré jeudi, dans une vidéo publiée sur Facebook, que son gouvernement n’avait pas les moyens de lutter contre ces incendies. La présidence de la République française lui a reproché vendredi d’avoir « menti » sur ses engagements écologiques et a déclaré être désormais défavorable à la conclusion d’un accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur, qui rassemble plusieurs pays d’Amérique du Sud.

  • Démission de Giuseppe Conte. Giuseppe Conte, le président du Conseil italien, a remis mardi sa démission au président italien, Sergio Mattarella. S’exprimant devant le Sénat, il a affirmé avoir pris cette décision en raison du dépôt d’une motion de défiance contre le gouvernement par le parti anti-immigration La Ligue, dirigé par le ministre de l’Intérieur et vice-président du Conseil, Matteo Salvini. Le président italien a mené mercredi et jeudi des consultations avec plusieurs responsables politiques dans le but de faire émerger une nouvelle majorité.

  • Transition au Soudan. Le général Abdel Fattah al-Burhan a prêté serment mardi comme président du Conseil souverain soudanais, un organisme qui doit superviser la transition du pouvoir aux civils et permettre dans trois ans l’organisation d’élections, conformément à l’accord signé samedi dernier entre les militaires au pouvoir et les représentants d’un mouvement de contestation civil. Ont également été investis les 10 autres membres – six civils et quatre militaires – du Conseil souverain et l’économiste Abdallah Hamdok au poste de Premier ministre.

  • Alerte sur la qualité de l’eau. La Banque mondiale, une organisation chargée de l’aide au développement, a publié mardi un rapport alertant sur la pollution de l’eau douce à travers le monde et les effets qu’elle a non seulement sur la santé publique, mais aussi sur la production agricole et la croissance économique. Le problème touche aussi bien les pays en développement, tels que l’Inde ou les pays du Maghreb, que les pays les plus riches. La France est largement concernée, notamment en raison des nitrates issus des fermes d’élevage, même si le traitement des eaux permet de maintenir une qualité de l’eau au robinet pour la majeure partie de la population.

  • Migrants sauvés par l’Open Arms. Après avoir constaté les « graves conditions de santé » des migrants qui se trouvaient à bord du navire humanitaire Open Arms, un procureur italien a ordonné mercredi leur débarquement sur l’île italienne de Lampedusa. Il a mis préventivement sous séquestre le bateau dans le cadre d’une enquête ouverte contre X pour « séquestration de personnes, omission et refus d’actes officiels ». Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, qui avait refusé que le bateau accoste dans son pays, s’est dit visé par l’enquête.

  • Rupture d’un accord entre le Japon et la Corée du Sud. Le bureau de la sécurité nationale sud-coréen, qui dépend de la présidence, a annoncé jeudi que la Corée du Sud mettait un terme à un accord de partage d’informations militaires classifiées avec le Japon. Il a justifié cette décision par le « changement grave » dans les conditions de coopération sécuritaire entre les deux pays que constituent selon lui les restrictions à l’exportation de produits chimiques vers la Corée du Sud imposées par le Japon en juillet.