26 août 2019

Tout s'explique

La lutte contre les incendies en Amazonie s’intensifie

Où en est la lutte contre les feux en Amazonie ?

L’armée brésilienne a déployé hier deux avions, capables de transporter jusqu’à 12 000 litres d’eau, pour tenter de contrer les feux qui se sont déclenchés dans le pays, en particulier en Amazonie. Vendredi, le président brésilien, Jair Bolsonaro, a signé un décret autorisant les États brésiliens à recourir ponctuellement aux 43 000 soldats présents en Amazonie pour faire face à la situation. Selon les données satellites publiées aujourd’hui par l’INPE, l’agence spatiale brésilienne, 80 626 feux se sont déclenchés au Brésil depuis le début de l’année, soit 79 % de plus que sur la même période en 2018. Plus de la moitié se sont déclarés au mois d’août, avec 2 243 départs de feu enregistrés au cours des dernières 48 heures. La Bolivie enregistre également une augmentation du nombre de feux de forêt depuis plusieurs semaines et en compte plus de 18 960 depuis le début de l’année, selon l’INPE.

Que représente la forêt amazonienne ?

La forêt amazonienne s’étend sur plus de 5,5 millions de km2 et sur huit pays, ainsi que sur la Guyane française. Il s’agit de la plus grande forêt tropicale du monde. Selon l’Organisation du traité de coopération amazonienne, qui regroupe les huit pays américains partageant la forêt amazonienne, plus de 34 millions de personnes y vivent, dont 420 peuples indigènes. Le fleuve Amazone qui y coule est l’un des plus longs du monde et celui ayant le plus fort débit. D’après l’organisation environnementale WWF, la forêt amazonienne regroupe 10 % des espèces animales et végétales du monde, avec plus 40 000 espèces de plantes recensées, 427 espèces de mammifères et 3 000 espèces de poissons. Parfois décrite comme le « poumon de la planète », elle produit pourtant environ autant d’oxygène qu’elle en consomme, selon le procédé de photosynthèse et de respiration des plantes et parce qu’il s’agit d’une forêt « à l’équilibre », car elle « n’est plus en phase de croissance », détaille Marc-André Selosse, professeur au muséum d’histoire naturelle de Paris, au Parisien. La majorité de l’oxygène produit sur la planète provient en fait des océans.

Quels moyens de pression exerce la communauté internationale ?

À l’issue de la réunion du G7, qui a réuni de samedi jusqu’à aujourd’hui à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) les dirigeants de sept pays parmi les plus grandes puissances économiques (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni), Emmanuel Macron a annoncé que ces pays avaient décidé de débloquer en urgence 17,9 millions d’euros pour l’Amazonie. Cette somme doit principalement servir à envoyer des avions bombardiers d’eau. Les membres du G7 se sont également mis d’accord pour proposer, lors de la prochaine Assemblée générale des Nations unies fin septembre, une initiative visant à soutenir des programmes de reforestation en Amazonie. Vendredi, l’Élysée avait déclaré que face à la réaction des autorités brésiliennes aux incendies, la France s’opposait à la ratification de l’accord conclu fin juin par l’Union européenne avec le Mercosur, une communauté économique qui réunit actuellement l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay.