• Déclaration finale du G7. Le sommet du G7, qui a réuni à partir de samedi à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) les dirigeants de sept pays parmi les plus grandes puissances économiques, s’est conclu hier soir par une déclaration finale d’une page énumérant plusieurs points d’accord. Les sept dirigeants affirment vouloir « changer en profondeur » l’Organisation mondiale du commerce pour la rendre « plus efficace dans la protection de la propriété intellectuelle » et qu’elle règle « plus rapidement les différends ». Ils disent également vouloir « faire en sorte que l’Iran ne puisse jamais se doter de l’arme nucléaire et favoriser la paix et la stabilité dans la région ».

  • Le Brésil refuse une aide. L’exécutif brésilien a refusé hier soir l’aide de 17,9 millions d’euros proposée hier par les pays du G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) pour lutter contre les incendies que subit depuis plusieurs semaines l’Amazonie. Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a déclaré aujourd’hui qu’il pourrait accepter l’aide si Emmanuel Macron retirait ses « insultes » contre lui, rappelant que le chef de l’État français l’avait accusé d’avoir « menti » sur sa volonté de respecter les engagements climatiques du Brésil.

  • Condamnation dans la crise des opioïdes. Un tribunal de l’Oklahoma, aux États-Unis, a condamné hier le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson à verser 572 millions de dollars de dommages et intérêts pour avoir alimenté l’addiction aux opioïdes, des traitements antidouleur, à travers des pratiques commerciales trompeuses. C’est la première condamnation d’un laboratoire par un jugement civil pour sa responsabilité dans la crise des opioïdes aux États-Unis, qui a entraîné près de 90 000 morts par overdose en 2016 et 2017, selon le département américain de la Santé.

  • Différend entre Altice et Free. L’opérateur télécom Free a coupé hier soir le signal des chaînes de télévision BFMTV, RMC Découverte et RMC Story « faute d’accord » avec leur maison mère, le groupe Altice, qui souhaite que Free le rémunère pour continuer à les diffuser. Dans une tribune publiée hier soir par Les Échos, le patron de Free, Xavier Niel, déclare que « TF1 et M6 ont obtenu d’être rémunérés pour la reprise de leurs services associés », comme la télévision de rattrapage, « car leur valeur pour nos abonnés est établie », mais que Free refuse de payer pour la simple diffusion en direct d’une chaîne.

  • Arrêté anti-pesticides. Le tribunal administratif de Rennes a suspendu aujourd’hui l’arrêté municipal pris le 18 mai par le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), Daniel Cueff, pour interdire l’usage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations et des bâtiments professionnels de sa commune. La préfecture d’Ille-et-Vilaine avait demandé la suspension de cet arrêté en référé en expliquant qu’un maire n’est pas compétent pour prendre des décisions sur l’utilisation de produits phytosanitaires, ce pouvoir relevant de l’État.