• G7, commerce et Iran. Le sommet du G7, qui a réuni de samedi à lundi à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) les dirigeants de sept pays parmi les plus grandes puissances économiques, s’est conclu par une déclaration finale affirmant le souhait de « changer en profondeur » l’Organisation mondiale du commerce pour la rendre « plus efficace dans la protection de la propriété intellectuelle » et pour qu’elle règle « plus rapidement les différends ». Les dirigeants des sept pays réunis (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) disent également vouloir « faire en sorte que l’Iran ne puisse jamais se doter de l’arme nucléaire et favoriser la paix et la stabilité dans la région ».

  • Condamnation dans la crise des opioïdes. Un tribunal de l’Oklahoma, aux États-Unis, a condamné lundi le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson à verser 572 millions de dollars de dommages et intérêts pour avoir alimenté l’addiction aux opioïdes, des traitements antidouleur, à travers des pratiques commerciales trompeuses. C’est la première condamnation d’un laboratoire par un jugement civil pour sa responsabilité dans la crise des opioïdes aux États-Unis, qui a entraîné plus de 150 000 morts par overdose entre 2014 et 2017, selon le département américain de la Santé.

  • Suspension du Parlement britannique. La reine d’Angleterre a accepté mercredi la demande du Premier ministre britannique, Boris Johnson, de suspendre le Parlement à partir de la deuxième semaine de septembre et jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines avant la date du Brexit, prévu le 31 octobre. Le président de la Chambre des communes, John Bercow, a estimé que cette suspension avait pour objectif « d’empêcher le Parlement de débattre du Brexit et de faire son devoir de définir une trajectoire pour le pays ». Hier, un juge écossais a rejeté un recours de 75 parlementaires proeuropéens contre cette suspension en attendant une audience sur le fond le 6 septembre.

  • Manifestation interdite à Hong Kong. La police hongkongaise a interdit jeudi un rassemblement prévu aujourd’hui par le Front civil des droits humains, qui a organisé les plus grandes manifestations prodémocratie de ces derniers mois, en expliquant craindre des « destructions à grande échelle » et une perturbation de l’ordre public. Les organisateurs ont renoncé à maintenir l’appel à manifester. Deux activistes prodémocratie, Joshua Wong et Agnes Chow, ont été libérés sous caution hier après avoir été arrêtés plus tôt dans la journée.

  • Vers un nouveau gouvernement italien. Le président italien, Sergio Mattarella, a demandé jeudi au chef du gouvernement sortant, Giuseppe Conte, de former un nouveau gouvernement. Le Mouvement 5 étoiles (antisystème) et le Parti démocrate (centre gauche) se sont mis d’accord pour constituer une coalition. Les deux partis doivent désormais s’entendre sur un programme de gouvernement. En cas d’échec, Sergio Mattarella prononcera la dissolution des deux chambres et de nouvelles élections seront convoquées.