• Rentrée des classes. 12,4 millions d’écoliers, de collégiens et de lycéens ont repris aujourd’hui les cours. Cette rentrée scolaire est marquée par l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire à trois ans, l’abandon des séries générales L, ES et S au lycée et le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les zones d’éducation prioritaires REP et REP+, une mesure qui concerne 300 000 élèves.

  • Aigle Azur en cessation de paiements. La compagnie aérienne française Aigle Azur s’est déclarée aujourd’hui en cessation de paiements et a demandé son placement en redressement judiciaire dans l’espoir de trouver des repreneurs. L’entreprise, qui perd de l’argent depuis 2012, emploie 1 150 personnes, dont environ 800 en France.

  • Ouragan Dorian. L’ouragan Dorian a atteint hier les Bahamas, dans le nord des Caraïbes, où aucun bilan officiel des victimes et des dégâts n’a encore été publié par les autorités. Reclassé en catégorie 4 aujourd’hui après avoir atteint le niveau le plus élevé sur l’échelle de Saffir-Simpson qui mesure l’intensité des ouragans, Dorian se dirige actuellement vers le sud-est des États-Unis, selon le Centre national des ouragans américain, où les autorités ont ordonné des mesures d’évacuation.

  • Tensions entre Israël et le Hezbollah. L’armée israélienne a déclaré hier avoir répliqué par le tir d’une centaine d’obus d’artillerie à plusieurs tirs de missiles antiaériens depuis le Liban. Elle accuse le Hezbollah libanais, un parti politique islamiste chiite disposant d’une organisation militaire, d’avoir mené ces tirs. Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, avait affirmé samedi que son mouvement avait « décidé » d’une riposte à une « attaque » de drones survenue la semaine dernière à Beyrouth et qu’il avait attribuée à Israël.

  • Chefs djihadistes tués en Syrie. Le département américain de la Défense a déclaré samedi avoir mené une attaque contre des dirigeants du groupe djihadiste Al-Qaïda en Syrie, dans l’un de leurs bâtiments au nord de la ville d’Idleb, située dans l’ouest de la Syrie. Au moins 40 chefs djihadistes ont été tués lors de cette attaque, selon l’OSDH, une organisation basée au Royaume-Uni proche de l’opposition et disposant d’un réseau d’informateurs sur le terrain.