2 septembre 2019

Tout s'explique

Percée de l’extrême droite en Allemagne

Quels sont les résultats des élections régionales en Allemagne ?

L’Alternative pour l’Allemagne (AfD), un parti anti-immigration, est arrivée hier en deuxième position dans deux élections régionales organisées pour désigner les Parlements de la Saxe et du Brandebourg, des régions situées dans l’est de l’Allemagne. L’AfD triple pratiquement ses voix dans la Saxe par rapport au précédent scrutin de 2014, obtenant 27,5 % des suffrages, derrière l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel. Dans le Brandebourg, elle est devancée par les sociaux-démocrates du SPD, mais elle double son score d’il y a cinq ans avec 22,5 % des voix. Les partis arrivés en tête dans la Saxe et le Brandebourg ont besoin d’alliés pour gouverner ces Länder (États-régions), mais ils ont exclu de s’allier à l’AfD au niveau régional comme fédéral.

Quelles sont les idées politiques de l’AfD ?

Créée en 2013 par des eurosceptiques qui critiquaient la politique d’Angela Merkel vis-à-vis de la Grèce et réclamaient l’abandon de l’euro, l’AfD a centré son discours sur des thèmes comme l’immigration, l’islam et la sécurité à partir de la crise des réfugiés en 2015, qu’elle a comparée à une « invasion de vermines et de parasites ». Troisième force politique au Parlement allemand, elle est également bien implantée dans les Länder, mais n’en gouverne aucun, faute d’accord de coalition. L’AfD est dirigée dans la Saxe et le Brandebourg par deux membres du courant le plus radical de l’AfD, baptisé « L’Aile », qui est depuis janvier sous surveillance de l’Office fédéral de protection de la Constitution, le service chargé du renseignement intérieur en Allemagne. Le dirigeant de ce courant avait par exemple qualifié le monument à la mémoire des juifs d’Europe au centre de Berlin de « monument de la honte ».

À quelles difficultés les régions de l’est de l’Allemagne font-elles face ?

« 30 ans après la chute du mur, quand on regarde les indicateurs économiques, le rideau de fer se voit encore sur les cartes », regrettait en juillet la ministre allemande de la Famille, Franziska Giffey, lors de la présentation d’un plan visant à réduire les inégalités territoriales. En plus de la Saxe et du Brandebourg, l’AfD est la deuxième force politique de deux autres Parlements régionaux, eux aussi situés dans l’est. Dans les Länder de l’ex-Allemagne de l’Est, le chômage atteint 6,4 %, contre 4,8 % dans les Länder de l’ouest, et le revenu moyen mensuel brut par habitant s’y établissait fin 2017 à 2 600 euros, contre 3 339 euros à l’ouest, selon l’agence allemande en charge du versement des allocations chômage. Le taux de chômage y a beaucoup baissé depuis 2005, où il dépassait 18 % dans le Brandebourg et la Saxe.