• Mise en examen de Richard Ferrand. Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen cette nuit à Lille pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne, révélée en mai 2017 par Le Canard enchaîné. Richard Ferrand, qui est soupçonné d’avoir permis à sa compagne de s’enrichir en louant en 2011 un local aux Mutuelles de Bretagne dont il était le directeur général de 1998 à 2012, a affirmé qu’il était « déterminé à poursuivre » sa « mission » à l’Assemblée.

  • Condamnation de Thomas Thévenoud. La Cour de cassation, la plus haute juridiction judiciaire en France, a publié hier un arrêt rejetant le pourvoi de l’ancien secrétaire d’État au Commerce extérieur Thomas Thévenoud et validant ainsi sa condamnation en appel à 12 mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité. L’ancien élu socialiste, qui avait invoqué une « phobie administrative » pour ne pas avoir déclaré ses revenus en 2012 et l’avoir fait en retard entre 2009 et 2013, avait été condamné en janvier 2018 pour fraude fiscale.

  • Règlements pour Google. Les filiales française et irlandaise de l’entreprise américaine Google ont accepté aujourd’hui de verser une amende de 500 millions d’euros afin de mettre un terme à une enquête pour fraude fiscale, selon le parquet national financier. Google a par ailleurs annoncé dans un communiqué qu’il verserait également au fisc français 465 millions d’euros de rattrapage d’impôts afin de clore une procédure de redressement fiscal.

  • Interdiction de pesticides. Les villes de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille, Nantes et Paris ont annoncé aujourd’hui avoir pris conjointement un arrêté municipal interdisant l’utilisation de pesticides sur leurs territoires afin de « faire changer la loi ». Cette annonce intervient après le lancement lundi par le gouvernement d’une consultation publique sur un projet de décret et d’arrêté visant à encadrer l’utilisation de produits phytosanitaires à proximité des habitations.

  • Conséquences d’un Brexit sans accord. Comme l’y avaient contraint les députés britanniques lundi, le gouvernement a publié hier soir un document relatif à une sortie de l’Union européenne sans accord, baptisé « Operation Yellowhammer ». Il reconnaît des risques de pénurie de médicaments et de carburants, 50 % à 85 % des transporteurs routiers britanniques n’étant « peut-être pas prêts » pour les contrôles douaniers que mettrait en place la France dès le lendemain du Brexit, actuellement fixé au 31 octobre.

  • Restriction sur l’asile aux États-Unis. La Cour suprême américaine a validé hier soir une mesure de l’exécutif américain visant à restreindre drastiquement l’accès à l’asile des réfugiés en provenance d’Amérique centrale. Les personnes qui n’ont pas déposé de demande d’asile dans l’un des pays traversés avant leur arrivée par la frontière sud des États-Unis, comme le Mexique, verront leur demande rejetée.