12 septembre 2019

C'est leur avis

Les faiblesses du système politique britannique

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a déclaré lundi qu’il refusait de négocier un report du Brexit, actuellement fixé au 31 octobre, malgré le vote par les députés d’une loi l’y obligeant. À cette impasse s’ajoute la suspension du Parlement britannique, effective depuis lundi soir mardi. Dans Le Monde, les professeures de civilisation britannique Pauline Schnapper et Emmanuelle Avril y voient les faiblesses du système politique britannique [€].

« Les derniers rebondissements en date de cette séquence inédite mettent en lumière les faiblesses structurelles du système politique britannique, notamment l’absence de garde-fous efficaces pour contrer la dérive autoritaire du Premier ministre. Le bras de fer entre le gouvernement, qui prétend tirer sa légitimité du résultat du référendum censé représenter la volonté du “peuple”, et la Chambre des communes, démocratiquement élue, montre combien le fameux “modèle” de Westminster, sous-tendu par une Constitution “informelle” et dont l’une des caractéristiques est la fusion presque totale des pouvoirs exécutif et législatif, souffre de graves déséquilibres qui ont rendu possible cette crise sans précédent. » Pauline Schnapper et Emmanuelle Avril