• Présidentielle tunisienne. L’Isie, l’instance chargée des élections en Tunisie, a publié cet après-midi des résultats provisoires portant sur 52 % des votes exprimés hier à l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle. Ces chiffres placent en tête le juriste sans parti politique Kaïs Saïed, avec 18,7 % des votes, suivi de l’homme d’affaires Nabil Karoui (15,5 %), incarcéré depuis le 23 août pour fraude fiscale et blanchiment d’argent, devant les candidats des partis traditionnels. La date du second tour n’est pas encore fixée.

  • Date pour la présidentielle algérienne. Le chef d’État algérien par intérim, Abdelkader Bensalah, a annoncé hier que la prochaine élection présidentielle aurait lieu le 12 décembre. Prévue en avril, l’élection avait été reportée une première fois à juillet en raison de la démission du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, puis une deuxième fois en l’absence de candidats. Les manifestants qui se réunissent dans les rues de plusieurs villes algériennes le vendredi réclament que les proches de l’ancien président quittent le pouvoir avant qu’une élection soit organisée.

  • Incendies en Indonésie. La police indonésienne a déclaré aujourd’hui qu’elle avait arrêté 185 personnes soupçonnées d’avoir allumé certains des feux de forêt déclenchés dans le pays depuis le mois dernier. La fumée dégagée par ces incendies, souvent allumés pour défricher des terres dans le but de les cultiver, a créé une importante pollution qui a conduit à la fermeture d’écoles en Indonésie ainsi qu’en Malaisie la semaine dernière.

  • Hong Kong et le Royaume-Uni. Des heurts ont opposé hier la police de Hong Kong et les manifestants qui réclament depuis juin davantage de démocratie dans cette région administrative spéciale de la Chine. Plusieurs centaines de manifestants s’étaient rassemblés un peu plus tôt dans la journée devant le Consulat britannique pour demander au Royaume-Uni de faire pression sur la Chine afin qu’elle maintienne les libertés comme elle s’y était engagée au moment où il lui a rétrocédé le territoire en 1997.

  • Manifestations d’agents des finances publiques. Plusieurs dizaines de centres des finances publiques ont été perturbés aujourd’hui par une grève d’agents protestant contre un projet de réorganisation des services. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé au début du mois une réduction de l’effectif de son ministère de près de 5 800 postes entre 2020 et 2022, en conséquence de la mise en œuvre de dispositifs comme le prélèvement à la source et la suppression de la taxe d’habitation.