23 septembre 2019

Tout s'explique

Ouverture du sommet de l’ONU sur le climat

En quoi consiste le sommet de l’ONU sur le climat ?

Le sommet de l’ONU pour le climat s’est ouvert aujourd’hui à New York, aux États-Unis. L’objectif, selon le site officiel du sommet, est que les pays et les entreprises qui y sont représentés exposent leur plan pour réduire leurs émissions de CO2 d’au moins 45 % d’ici 2030 et pour atteindre d’ici 2050 la neutralité carbone, c’est-à-dire l’équilibre entre les émissions de CO2 et leur élimination de l’atmosphère. Antonio Guterres a annoncé aujourd’hui que 66 États avaient fait part de leur objectif d’atteindre d’ici 2050 la neutralité carbone, qui peut aussi être atteinte en finançant des projets de captation de CO2. Ils se joignent ainsi à 10 régions, 102 villes et 93 entreprises ayant pris cet engagement, qui correspond à celui fixé par les scientifiques du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec), mis en place par l’ONU, pour contenir le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels.

Quelles sont les projections récentes concernant le réchauffement climatique ?

L’Organisation météorologique mondiale, une institution spécialisée des Nations unies, a publié hier un rapport sur l’état du réchauffement climatique. Elle y confirme que les cinq années de 2015 à 2019 devraient constituer la période la plus chaude jamais enregistrée, avec une hausse de 0,2 °C par rapport aux cinq années précédentes. Les températures globales ont déjà augmenté de 1,1 °C par rapport à la période préindustrielle, souligne le rapport. Ainsi, il faudrait que les « niveaux d’ambition » de réduction des émissions de carbone soient multipliés par cinq pour espérer s’en tenir à un réchauffement limité à 1,5 °C d’ici 2100, ou au minimum par trois pour s’en tenir à la limite de 2 °C de réchauffement inscrite dans l’accord de Paris sur le climat. Les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, avec un record établi à 37 milliards de tonnes de CO2 en 2018, et des émissions « au moins aussi élevées » sont attendues en 2019, selon les prévisions des scientifiques.

Quels engagements la France a-t-elle pris ?

L’Assemblée nationale a voté le 11 septembre en faveur du projet de loi relatif à l’énergie et au climat, dans lequel est inscrit l’objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et de diminuer de 40 % la consommation d’énergie fossile d’ici 2030. Elle planifie également la fermeture des quatre dernières centrales à charbon d’ici 2022 et contient plusieurs mesures pour soutenir le développement des énergies renouvelables. Le Sénat doit encore examiner ce texte jeudi. Le Haut Conseil pour le climat, un organisme indépendant chargé d’évaluer la mise en œuvre des politiques et mesures en faveur de la protection du climat, avait affirmé en juin dans un rapport que la France n’était « pas sur une trajectoire d’émission de gaz à effet de serre compatible avec ses engagements internationaux », car ses « premiers efforts » sont « nettement insuffisants » et « n’engagent pas les transformations socio-économiques profondes nécessaires pour aller vers la neutralité carbone ».