• Réduction du nombre de régions. Le passage de 22 à 13 régions en France métropolitaine en janvier 2016 n’a permis de réaliser que des gains d’efficacité « limités » en raison de « la reconduction, dans la majorité des cas, des modes de gestion préexistants », estime la Cour des comptes, chargée du contrôle de la dépense publique, dans un rapport publié aujourd’hui. Au contraire, « les regroupements de régions ont occasionné des dépenses supplémentaires liées à la rémunération des personnels ou aux indemnités des élus », note l’institution.

  • Accueil des migrants. Le navire de sauvetage en mer Ocean Viking a accosté aujourd’hui à Messine, dans l’île italienne de Sicile, permettant aux 182 migrants qui étaient à bord de débarquer, une semaine après avoir été secourus en mer Méditerranée. Les ministres de l’Intérieur de la France, de l’Allemagne, de l’Italie et de Malte ont annoncé hier s’être entendus sur un mécanisme permettant à l’avenir de répartir automatiquement les personnes sauvées en mer. Ils comptent soumettre ce texte aux autres États membres de l’UE le 8 octobre.

  • L’Iran accusé. Le président français, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le Premier ministre britannique, Boris Johnson, ont déclaré hier soir dans un communiqué commun qu’il leur semblait « clair » que « l’Iran porte la responsabilité » de l’attaque commise contre deux sites pétroliers en Arabie saoudite le 14 septembre. Ils ont appelé l’Iran à « pleinement adhérer » aux engagements pris dans l’accord de 2015 sur son programme nucléaire. Le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté un « réquisitoire irresponsable ».

  • Exhumation de Franco. La Cour suprême espagnole a autorisé aujourd’hui l’exhumation de l’ancien dirigeant espagnol Franco de son mausolée, qui est devenu un site touristique espagnol. Franco avait pris le pouvoir par la force en 1936 et l’avait conservé jusqu’à sa mort en 1975. Le chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, qui avait promis cette exhumation à la suite de son investiture en juin 2018, a salué « une grande victoire de la démocratie espagnole ».

  • Amende pour Daimler. Le parquet de Stuttgart, en Allemagne, a annoncé aujourd’hui que le constructeur automobile allemand Daimler devait payer une amende de 870 millions d’euros pour « violation par négligence » de certifications ayant abouti à l’homologation de véhicules diesel dont les émissions d’oxyde d’azote n’étaient « pas conformes aux exigences réglementaires ». Le constructeur a déclaré être en désaccord avec le fond de la décision, mais a ajouté qu’il renonçait à faire appel et qu’il allait payer l’amende.