• Colère agricole. Des agriculteurs ont bloqué des routes ce midi à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles et des Jeunes agriculteurs, un autre syndicat agricole, qui revendiquent la participation de 10 000 personnes à des actions dans tous les départements. Ils protestaient contre des accords commerciaux, comme celui signé par l’Union européenne avec le Canada (Ceta), les intrusions de militants hostiles au commerce de la viande dans des élevages et la « déconsidération » de leur métier.

  • Évacuation d’une ZAD. La préfecture de l’Aveyron a affirmé ce midi avoir terminé l’opération de démantèlement lancée à l’aube contre la « zone à défendre » (ZAD) dite de « l’Amassada », située dans la commune de Saint-Victor-et-Melvieu. Des militants écologistes s’opposent depuis fin 2014 au projet de construction sur des terres agricoles d’un transformateur électrique par RTE, le gestionnaire du transport d’électricité haute tension. Une trentaine de personnes occupaient encore les lieux, selon la préfecture.

  • Espérance de vie. De 2008 à 2018, l’espérance de vie en France a progressé d’un an et 10 mois pour les hommes et d’un an pour les femmes, selon une étude publiée aujourd’hui par la direction de la recherche et des statistiques du ministère de la Santé. Elle atteint désormais 79,4 ans pour les hommes et 85,3 ans pour les femmes.

  • Nobel de physique. L’Académie royale des sciences de Suède a remis aujourd’hui le prix Nobel de physique 2019 à l’Américano-Canadien James Peebles pour ses découvertes théoriques en cosmologie physique et aux Suisses Michel Mayor et Didier Queloz, pour avoir identifié une exoplanète en orbite autour d’une étoile de type solaire. William Kaelin, Gregg Semenza et Peter Ratcliffe avaient reçu hier le Nobel de médecine pour leurs travaux sur l’adaptation des cellules aux variations d’oxygène.

  • L’ONU dans le rouge. L’Organisation des Nations unies (ONU) va devoir limiter ses dépenses pour pouvoir payer les salaires de ses 37 000 fonctionnaires jusqu’à la fin de l’année, a prévenu hier dans un courrier au personnel son secrétaire général, Antonio Guterres. Il explique que ces difficultés de trésorerie sont liées aux retards de paiement des États membres, qui n’ont versé à ce jour que 70 % du montant nécessaire aux activités prévues dans le budget 2019.