9 octobre 2019

Ça se chiffre

Les éloignements d’étrangers en situation irrégulière

Le gouvernement a organisé lundi à l’Assemblée nationale et aujourd’hui au Sénat un débat sur l’immigration. En octobre 2017, Emmanuel Macron avait souhaité la reconduction à la frontière « de manière intraitable » des étrangers n’ayant pas de titre de séjour. Les éloignements (résultant d’une mesure administrative comme l’obligation de quitter le territoire français) et les départs (effectués sans contrainte, parfois avec une aide) d’étrangers en situation irrégulière sont en hausse en France métropolitaine depuis 2017. Ils avaient baissé sous le mandat de François Hollande, principalement en raison d’une forte baisse des aides au retour. Le ministère de l’Intérieur avait estimé en 2014 que celles à destination des citoyens de l’Union européenne n’étaient « d’aucune efficacité» et incitaient même « à venir en France pour bénéficier de cet avantage lucratif ». Dans un rapport de juin 2019, les députés Jean-Noël Barrot (MoDem) et Alexandre Holroyd (LREM) chiffrent le coût moyen d’un éloignement forcé à 14 000 euros et celui d’un retour aidé à 4 000 euros maximum.