10 octobre 2019

C'est leur avis

Les mauvaises actions d’Extinction Rebellion

Le mouvement écologiste Extinction Rebellion a lancé lundi une mobilisation de deux semaines dans 60 villes dans le monde pour réclamer, à l’aide d’opérations de blocage de la circulation et de lieux symboliques, des mesures en faveur du climat. Dans l’hebdomadaire allemand Die Zeit, le journaliste Sasan Abdi-Herrle critique ce mode d’action.

« Cette forme d’activisme est dommageable, car elle affecte en premier ceux qui, collectivement, ont le plus grand pouvoir : les citoyens. […] Pour le cofondateur du mouvement, Roger Hallam, le changement climatique est plus important que la démocratie. Il parle d’une révolution qui vise une crise politique. Ce mépris du système politique est dangereux. Il signifie que l’on estime légitime de combattre les institutions si l’on pense être du côté de la bonne cause et donc dans son bon droit. […] Extinction Rebellion poursuit le bon objectif, mais avec les mauvais moyens. Au lieu d’une confrontation avec le collectif, un récit positif et unificateur est nécessaire. » Sasan Abdi-Herrle