• Campements évacués. La police a évacué ce matin deux campements de migrants situés dans le nord-est parisien, conformément à ce qu’avait promis hier le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. 1 611 personnes ont été prises en charge et se sont vu proposer une solution d’hébergement temporaire en Île-de-France, selon un communiqué commun de la préfecture de police de Paris et de la préfecture de la région.

  • Rachida Dati candidate à Paris. Le parti Les Républicains a investi hier soir la maire du VIIe arrondissement et ancienne ministre de la Justice, Rachida Dati, comme candidate au poste de maire de Paris pour les élections municipales de mars. Le maire de la capitale est désigné par les conseillers de Paris élus au suffrage universel direct via un scrutin de liste dans chaque arrondissement.

  • EuropaCity abandonné. La présidence de la République a annoncé aujourd’hui l’abandon du projet EuropaCity, un complexe commercial et de loisirs qui devait s’implanter à Gonesse (Val-d’Oise). Ce projet avait suscité des critiques, comme celles du Collectif pour le Triangle de Gonesse, rassemblant des militants de l’environnement, qui lui reprochait de « sacrifier » 80 hectares de terres agricoles.

  • Macron et l’Otan. « Ce qu’on est en train de vivre, c’est pour moi la mort cérébrale de l’Otan », a déclaré Emmanuel Macron dans un entretien publié aujourd’hui par l’hebdomadaire britannique The Economist, l’expliquant par le désengagement américain vis-à-vis de ses alliés et par l’attitude de la Turquie, membre de l’alliance. Il estime également que l’Europe est « au bord du précipice » et doit se repenser stratégiquement comme une puissance géopolitique.

  • Convoi attaqué au Burkina Faso. Une attaque contre un convoi d’une compagnie canadienne exploitant deux mines d’or au Burkina Faso a tué au moins 37 personnes et en a blessé plus de 60 hier soir dans l’est du pays, selon le gouverneur de la région. Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière depuis que le Burkina Faso a commencé à être frappé par de fréquentes attaques djihadistes en 2015.

  • Chef de guerre condamné. La Cour pénale internationale (CPI) a condamné aujourd’hui l’ancien chef de guerre congolais Bosco Ntaganda à 30 ans de prison pour des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre commis en République démocratique du Congo au début des années 2000. Un porte-parole de la CPI a précisé qu’il s’agissait de la peine la plus élevée prononcée par la cour depuis sa création en 2002.