26 novembre 2019

Tout s'explique

Mort de militaires français au Mali

Quel incident a conduit au décès de 13 militaires français ?

Deux hélicoptères de l’armée française sont entrés en collision hier soir au Mali lors d’une opération de combat, causant la mort des 13 militaires qui se trouvaient à bord, a annoncé ce matin le président de la République. Il s’agit du plus lourd bilan humain depuis le début de la présence militaire française au Sahel, une région transfrontalière qui traverse l’Afrique d’ouest en est. Ces militaires étaient engagés au sein de l’opération Barkhane, menée par la France pour lutter contre les djihadistes présents dans la région. Ils avaient été appelés à soutenir des commandos qui traquaient au sol, depuis plusieurs jours, un groupe de terroristes. L’accident est intervenu alors qu’il faisait nuit lors d’une « manœuvre destinée à préparer l’engagement », selon le ministère de la Défense.

En quoi consiste l’opération Barkhane ?

L’opération militaire Barkhane, dans laquelle les militaires décédés étaient engagés, a été lancée en août 2014. Elle avait alors succédé à une autre opération militaire française, baptisée Serval, débutée en janvier 2013 pour repousser une offensive lancée contre la capitale malienne, Bamako, par des djihadistes, qui avaient déjà pris le contrôle du nord du Mali. L’opération Barkhane s’étend sur cinq pays situés sur une partie du Sahel : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Elle mobilise environ 4 500 hommes, ce qui en fait la plus grosse opération de troupes françaises à l’étranger. La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé en février que l’opération Barkhane avait permis de tuer plus de 600 djihadistes depuis 2014, dont 200 en 2018, parmi lesquels « de nombreux chefs terroristes ».

Quelles sont les autres opérations militaires menées au Sahel ?

La France n’est pas le seul pays impliqué au Sahel. Elle est épaulée dans sa lutte antidjihadiste par les forces de la Minusma, une mission de maintien de la paix au Mali lancée en 2013 par l’ONU et comptant plus de 12 000 militaires sur place. L’objectif de l’opération Barkhane est aussi d’œuvrer en partenariat avec les forces locales. L’armée française coordonne des actions avec des militaires issus des cinq pays dans lesquels elle intervient. Ceux-ci se sont réunis depuis 2017 au sein d’une force conjointe développée par le G5 Sahel, la coalition de ces pays créée en 2014. L’UE a également lancé dès 2013 la Mission européenne de formation de l’armée malienne, qui vise à instruire les militaires maliens, sans participer au combat, et dont les missions de formation ont été étendues à la force conjointe du G5 Sahel.