29 novembre 2019

Tout s'explique

Un « Black Friday » contesté

Qu’est-ce que le « Black Friday » ?

Des actions se sont déroulées aujourd’hui dans plusieurs dizaines de villes de France pour dénoncer les entreprises participant à l’opération commerciale du « Black Friday ». À Saint-Priest, près de Lyon, 200 personnes, selon les organisateurs, ont bloqué un entrepôt de l’entreprise de commerce en ligne Amazon. Le « Black Friday » est une journée de promotions dont les origines remontent aux années 1920 aux États-Unis, qui a lieu au lendemain du quatrième jeudi de novembre. La pratique a été importée en France vers 2013. Le « Black Friday » est suivi d’une autre journée de promotion, le « Cyber Monday », qui aura lieu lundi. Selon une étude réalisée par RetailMeNot, une entreprise qui gère des sites web proposant des réductions, et le Centre for Retail Research, un centre de recherche britannique, 5,7 milliards d’euros ont été dépensés lors du week-end couvrant le « Black Friday » et le « Cyber Monday » l’an dernier en France, dont 966 millions d’euros en ligne.

Quelles critiques sont adressées à ce type d’opération marketing ?

Plusieurs actions dénoncent la surconsommation encouragée par le « Black Friday », ainsi que ses impacts sociaux et environnementaux. C’est le cas de l’association Green Friday, lancée en 2017, qui rassemble 400 entreprises et associations militant pour une « consommation responsable ». Mardi, les députés ont adopté un amendement au projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, encore en cours d’examen, visant à qualifier comme « agressives » dans la loi les pratiques commerciales ayant pour objet de donner l’impression que « le consommateur bénéficie d’une réduction de prix comparable à celle des soldes ». La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, Agnès Pannier-Runacher, a déclaré ce matin sur France 2, ne pas être en faveur d’une interdiction du « Black Friday », estimant qu’il ne s’agit pas « de donner des leçons aux Français », mais de « les inciter à aller vers de l’achat de proximité ».

Comment les achats en ligne ont-ils progressé ?

La Fédération du e-commerce et de la vente à distance estime dans son dernier rapport annuel que le chiffre d’affaires des ventes en ligne a atteint 92,6 milliards d’euros en 2018, contre 24 milliards en 2009. Rien qu’entre 2017 et 2018, les ventes sur Internet ont augmenté de 13,4 %. D’après Eurostat, le service de statistiques de l’UE, la proportion de personnes âgées de 15 ans et plus vivant dans l’UE ayant commandé ou acheté des biens ou des services sur Internet pour leur usage personnel lors des 12 derniers mois s’est élevée à 60 % en 2018, contre 36 % en 2009. La proportion est passée en France de 44 % en 2009 à 67 % en 2018.