• Élections à Hong Kong. Les candidats réclamant davantage de démocratie ont remporté dimanche dernier 86 % des sièges lors des élections locales à Hong Kong, une région administrative spéciale chinoise, leur permettant d’obtenir la majorité dans 17 des 18 conseils de district. Kenneth Chan, professeur à l’Université baptiste de Hong Kong, a estimé dans Les Échos que les citoyens « se sont prononcés en faveur des manifestants », qui protestent à Hong Kong depuis juin, et « contre le gouvernement de Carrie Lam », la dirigeante de l’exécutif. L’université polytechnique de Hong Kong, où des centaines de protestataires étaient retranchés depuis une dizaine de jours, a été évacuée mercredi.

  • Contre les violences conjugales. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé lundi plusieurs mesures en clôture du Grenelle contre les violences conjugales, une série de rencontres lancée le 3 septembre. Il a déclaré que le numéro d’appel d’urgence 3919 serait ouvert en continu et a annoncé la création de 80 postes supplémentaires d’intervenants sociaux dans les commissariats et gendarmeries d’ici 2021, pour mieux recevoir les personnes venant déposer plainte. Le mouvement féministe Nous Toutes, à l’initiative d’une manifestation samedi dernier contre les violences faites aux femmes, a annoncé être « déçu » par ces annonces : « On attendait des mesures de prévention à l’école, des mesures de formation, des places d’hébergement dédiées et financées ».

  • Décès de militaires français au Mali. Deux hélicoptères de l’armée française sont entrés en collision lundi soir au Mali lors d’une opération de combat, causant la mort des 13 militaires qui se trouvaient à bord. L’armée française intervient depuis 2013 contre les djihadistes présents au Sahel, une région transfrontalière qui traverse l’Afrique d’ouest en est. Emmanuel Macron doit présider lundi aux Invalides un hommage national aux soldats tués.

  • Scandale du chlordécone. Selon un rapport d’une commission d’enquête parlementaire présenté mardi à l’Assemblée nationale, l’État est le « premier responsable » du scandale du chlordécone, un pesticide toxique utilisé dans les plantations de bananes aux Antilles jusqu’au début des années 1990, alors qu’il avait été interdit aux États-Unis dès 1975. À la demande de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, l’Institut national du cancer, un groupement d’intérêt public, a annoncé jeudi le lancement d’un nouveau programme de recherche pour savoir s’il y a un lien entre l’exposition au chlordécone et le cancer de la prostate.

  • Violences en Irak. Les manifestations contre le gouvernement irakien, lancées début octobre, se sont poursuivies cette semaine principalement dans le sud du pays et notamment à Nadjaf, une ville située à environ 150 km de Bagdad, où les manifestants ont incendié mercredi le consulat iranien. Jeudi, au moins 25 personnes ont été tuées par balles par les forces de l’ordre à Nassiriya, située à 350 km de Bagdad, selon l’ONG de défense des droits humains Amnesty International. Le Premier ministre irakien, Adel Abdel Mahdi, a annoncé hier la démission de son gouvernement.

  • Émissions de gaz à effet de serre. Les émissions de gaz à effet de serre ont atteint un nouveau record en 2018, selon un rapport publié mardi par le Programme des Nations unies pour l’environnement. La directrice exécutive de l’organisation, Inger Andersen, a annoncé qu’il faudrait réduire ces émissions de manière « importante et urgente » – de l’ordre de 2,7 % de moins chaque année entre 2020 et 2030 – pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C d’ici 2100 par rapport à l’ère préindustrielle.