2 décembre 2019

Tout s'explique

La COP25 s’ouvre à Madrid

Qu’est-ce qu’une COP ?

La COP25, une conférence internationale sur le climat, s’est ouverte aujourd’hui à Madrid, en Espagne. Jusqu’au 13 décembre, elle réunit 29 000 personnes, issues de 196 pays. COP signifie Conférence des parties (Conference of the parties, en anglais). Il s’agit d’une réunion annuelle rassemblant les parties signataires de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui a pour but de veiller à ce que cette convention soit bien mise en œuvre. Adopté en 1992 lors du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, au Brésil, ce texte a pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère afin de « préserver le système climatique ». Les COP regroupent deux types de participants : les négociateurs (représentants gouvernementaux des pays signataires de la convention de Rio) et les observateurs (organisations internationales, ONG, scientifiques et autres représentants de la société civile). Ces derniers peuvent assister aux réunions dites « ouvertes ».

Quel est l’objectif de la COP25 ?

Les pays ayant approuvé l’accord de Paris en décembre 2015 se sont fixé comme objectif de contenir « l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels » et de poursuivre « l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels ». Le ministère français de la Transition écologique présente la COP25 comme un « point de passage » entre l’accord de Paris et la COP26, qui aura lieu en 2020, au cours de laquelle les États membres devront présenter de nouveaux engagements de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique. Lors de la COP24, l’année dernière à Katowice (Pologne), les États membres n’avaient pas réussi à s’entendre sur la manière de comptabiliser dans les réductions d’émissions de CO2 les projets que les pays financent à l’étranger.

Comment évoluent les principaux pays émetteurs de CO2 ?

Les quatre principaux émetteurs de CO2 de la planète sont la Chine (27 % des émissions mondiales de CO2), les États-Unis (15 %), l’UE (10 %) et l’Inde (7 %), selon des données pour 2017 fournies par le consortium scientifique Global Carbon Project. Ces données montrent qu’entre 2015, année où a été approuvé l’accord de Paris sur le climat, et 2017, seuls les États-Unis ont réduit (de 2,8 %) leurs émissions de CO2 tandis que celles de l’UE augmentaient de 0,8 %, celles de la Chine de 1,3 % et celles de l’Inde de 8,4 %. Le cabinet d’études américain Rhodium Group a cependant estimé en début d’année que les émissions de CO2 des États-Unis avaient de nouveau augmenté (de 3,4 %) en 2018, en raison de la croissance économique et d’un hiver très froid. Avec l’accord de Paris, l’UE s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % en 2030 par rapport à 1990.