5 décembre 2019

Tout s'explique

Journée de grève nationale contre la réforme des retraites

Comment s’est déroulée la journée de grève ?

245 rassemblements et manifestations avaient été déclarés aujourd’hui contre le projet gouvernemental de réforme des retraites. Plus de 450 000 manifestants ont été recensés dans plusieurs dizaines de villes en France (hors Paris), selon des chiffres communiqués par la police ou les préfectures et additionnés par l’AFP. À Paris, la CGT a comptabilisé 250 000 manifestants. Des affrontements avec la police ont eu lieu près de la place de la République à Paris. Dans la capitale, à 14h, avant le départ du cortège, les forces de l’ordre avaient procédé à 6 476 contrôles préventifs et 65 interpellations, selon la préfecture de police. Le trafic ferroviaire a été fortement perturbé. La SNCF a annoncé cet après-midi qu’il le serait toujours demain avec 15 % du trafic en moyenne pour les Transilien, 30 % pour les TER – avec des liaisons essentiellement effectuées par bus – et un TGV sur 10.

Que réclament les grévistes ?

Conformément au programme d’Emmanuel Macron lors de la dernière élection présidentielle, l’exécutif a prévu de mettre en place un système universel de retraite par points qui se substituerait aux 42 régimes existants. Cette réforme, dont les modalités ne sont toujours pas connues, mettrait ainsi fin aux 10 régimes spéciaux recensés par un décret de 2014 qui, pour des raisons de pénibilité du travail, permettent à leurs bénéficiaires de partir en retraite plus tôt ou d’obtenir une pension à taux plein avec moins d’années de cotisations que le régime général. C’est le cas en particulier des employés des compagnies de transports SNCF et RATP, dont les principaux syndicats ont appelé à la grève. Dans un appel à la grève commun, les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef (étudiants) et UNL (lycéens), reprochent également au gouvernement de vouloir « diminuer le niveau des pensions », en particulier pour les plus précaires et les femmes.

Combien de temps avaient duré les précédentes mobilisations contre les réformes des retraites ?

Trois semaines de grèves ont suivi l’annonce par le Premier ministre Alain Juppé, en novembre 1995, d’un projet de réforme prévoyant notamment l’allongement de la durée de cotisation dans la fonction publique de 37,5 à 40 ans. Le 15 décembre suivant, le gouvernement a renoncé à cette partie de son projet. Cet allongement de 37,5 à 40 ans a finalement été mis en place par une réforme de 2003 malgré d’importantes manifestations. Au sein des entreprises de transports ferroviaires et urbains, la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail, a recensé 505 000 journées individuelles non travaillées en 2003, soit quatre fois plus qu’en 2002. La réforme des retraites portée par le ministre du Travail Éric Woerth, qui a augmenté de 60 à 62 ans l’âge légal de départ en retraite, a quant à elle donné lieu à 14 journées de mobilisation nationale entre mars et novembre 2010.