6 décembre 2019

Tout s'explique

Les bons chiffres de l’emploi aux États-Unis

Comment a évolué la situation de l’emploi aux États-Unis ces dernières années ?

Les États-Unis ont enregistré en novembre 266 000 créations nettes d’emplois (les créations moins les suppressions), d’après les chiffres publiés aujourd’hui par le département du Travail américain. C’est la plus forte augmentation constatée depuis 10 mois. Cet indicateur est l’un des critères les plus étudiés pour analyser la situation de l’économie américaine. Le taux de chômage dans le pays s’est établi en novembre à 3,5 %. En septembre, il était déjà descendu à ce niveau-là, le plus bas depuis décembre 1969. Depuis la crise de 2008, la situation de l’emploi s’est améliorée sans discontinuer aux États-Unis : le taux de chômage était de 10 % en octobre 2009.

Comment s’explique la baisse du taux de chômage depuis une décennie ?

Le marché de l’emploi bénéficie de la forte croissance américaine, qui a atteint 2,1 % en rythme annuel au troisième trimestre 2019 après deux premiers trimestres à un rythme de 3,1 % puis 2 %. Les États-Unis créent suffisamment d’emplois chaque mois pour absorber les nouveaux entrants sur le marché du travail. Un autre facteur est la baisse depuis 2000 du taux de participation à la population active (la part de la population en âge de travailler qui travaille ou qui recherche activement un emploi). Le taux de chômage mesure en effet la proportion de la population active à la recherche d’un emploi. Selon deux rapports du cercle de réflexion Brookings Institution et de l’université Princeton en 2017, cette évolution s’explique par des questions de santé, notamment la crise des opioïdes, et l’éloignement du marché du travail par manque de formation.

Quelle est la situation de l’emploi en Europe ?

Le taux de chômage global de l’Union européenne s’établissait à 6,3 % au deuxième trimestre 2019, d’après les dernières données recensées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui réunit 36 pays parmi les plus développés du monde. Mais de fortes disparités existent entre les États membres. Alors que certains, comme l’Allemagne et la Hongrie enregistrent un taux de 3,1 % et 3,4 % au deuxième trimestre 2019, d’autres, en revanche, subissent un chômage de masse. On comptait ainsi 17,4 % de chômeurs en Grèce sur la même période, et 14 % en Espagne, deux pays marqués par des crises économiques d’ampleur ces dernières années. La France a connu son plus bas niveau de chômage depuis 2009 au deuxième trimestre 2019 (8,5 %), d’après les chiffres de l’institut national de statistiques (Insee).