10 décembre 2019

Tout s'explique

Réunion à Paris pour la paix en Ukraine

Sur quoi a débouché le sommet organisé à Paris ?

Réunis hier à Paris pour discuter du conflit ukrainien, le président russe, Vladimir Poutine, la chancelière allemande, Angela Merkel, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et Emmanuel Macron sont arrivés à plusieurs « conclusions », selon la déclaration commune publiée par l’Élysée. Les parties s’engagent à ce qu’un cessez-le-feu soit « totalement » appliqué avant la fin de cette année, ce qui était déjà prévu par les accords de Minsk, signés en 2014 et 2015 par l’Ukraine, la Russie, ainsi que les régions séparatistes ukrainiennes de Donetsk et Lougansk, mais qui n’avaient pas été respectés. Dans un délai de 30 jours, les quatre pays soutiendront un accord portant sur des points de passage entre les régions séparatistes et le reste de l’Ukraine. D’ici quatre mois, une nouvelle rencontre du même type sera organisée, en vue d’organiser des élections locales dans les territoires séparatistes.

Pourquoi ce sommet a-t-il été organisé ?

La France et l’Allemagne ont été à l’origine de la première réunion sur le même format – organisée avec la Russie et l’Ukraine – en juin 2014, en marge du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, d’où le nom de « Format Normandie » donné aux réunions de ce type. Aucune n’avait eu lieu après octobre 2016. Depuis, les combats n’ont jamais cessé entre l’armée ukrainienne et les séparatistes. En février dernier, l’ONU comptabilisait environ 13 000 morts depuis le début du conflit. Le sommet d’hier a eu lieu au moment où Emmanuel Macron manifeste sa volonté de se rapprocher de la Russie, comme il l’a déclaré la semaine dernière lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion de l’Otan, une alliance fondée en 1949 par des pays occidentaux. « La relation avec la Russie est à repenser », a-t-il affirmé, expliquant alors que la rencontre d’hier pourrait permettre d’engager un « dialogue solide » avec la Russie.

Quand a commencé le conflit en Ukraine ?

En septembre 2013, Viktor Ianoukovitch, alors président de l’Ukraine, a décidé de se retirer d’un accord d’association avec l’Union européenne, provoquant d’importantes manifestations dans la capitale, Kiev. Ces dernières ont contraint le président à quitter le pouvoir, en février 2014. Le mois suivant, des hommes armés ont pris le pouvoir dans la région autonome de Crimée. Ils ont réclamé le rattachement de la Crimée à la Russie, ce qui a été fait après un référendum organisé en mars 2014, mais non reconnu par plusieurs États occidentaux. Une insurrection armée prorusse a également eu lieu dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Les séparatistes prorusses ont revendiqué la victoire du oui lors de deux référendums d’indépendance organisés dans les deux provinces qui la composent – Donetsk et Lougansk – en avril de la même année.