• L’option d’un stockage à long terme de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée à la suite d’un tsunami en 2011, n’est plus envisagée, a précisé aujourd’hui un fonctionnaire d’État japonais à l’AFP. Une sous-commission gouvernementale est chargée de se prononcer sur les autres options envisagées : la dilution en mer, l’évaporation dans l’air ou une combinaison des deux. Lire la dépêche de l’AFP.

  • La Turquie est en pourparlers avec la Russie pour essayer d’obtenir un nouveau cessez-le-feu dans la province syrienne d’Idleb, a déclaré aujourd’hui la présidence turque. Depuis la semaine dernière, l’armée syrienne, soutenue par l’aviation russe, intensifie ses actions dans cette région, la seule à être encore largement contrôlée par des groupes rebelles et djihadistes.

  • Selon trois responsables du ministère iranien de l’Intérieur, cités hier par l’agence Reuters, près de 1 500 personnes ont été tuées au cours du mouvement de contestation de la deuxième quinzaine de novembre en Iran. Déclenchées par une hausse du prix de l’essence, les manifestations avaient pris pour cible le régime dans plusieurs dizaines de villes du pays. Lire l’enquête de l’agence Reuters (en anglais).

  • Le FLNC du 22-Octobre, une branche du Front de libération nationale corse, a revendiqué hier une attaque aux bonbonnes de gaz survenue la semaine dernière contre deux villas appartenant à Pierre Ferracci, un homme d’affaires, dans le sud de l’île. Le groupe s’était retiré de la lutte armée en mai 2016.