2 janvier 2020

C'est leur avis

Pas de voix au chapitre pour dénoncer Matzneff

Dans un livre publié aujourd’hui, Vanessa Springora dénonce les relations et écrits pédophiles de l’écrivain Gabriel Matzneff. La géographe Sylvie Brunel, autrice d’un « Manuel de guérilla à l’usage des femmes », affirme dans Le Monde que l’écrivain choquait dès les années 1980 [€].

« Ne croyez pas que l’époque était libertine ou tolérante. Cette complaisance ne reflétait absolument pas les mœurs de l’époque. La France profonde n’en pensait pas moins, mais n’avait pas voix au chapitre […]. Matzneff choquait profondément déjà. Je tiens à le dire car l’histoire s’écrit souvent de façon biaisée, et laisser penser que les années 1980 étaient celles de l’acceptation de la pédophilie serait un mensonge. Les jeunes que nous étions alors ressentions ces écrits et ces paroles comme d’insupportables offenses. L’indécence avec laquelle cet homme, qui avait l’âge de nos parents, se complaisait dans l’étalage de sa débauche, de la façon dont il trompait la confiance des familles, séduisait et abusait des enfants qu’on lui confiait en toute naïveté – car justement les mères étaient loin d’imaginer pareille perversion – nous était simplement insupportable. » Sylvie Brunel