• La France comptait au 1er janvier 67 millions d’habitants, soit 0,3 % de plus que l’année précédente, selon le bilan démographique pour l’année 2019 dévoilé aujourd’hui par l’institut national de statistiques Insee. Cette progression est davantage due au solde naturel, c’est-à-dire la différence entre le nombre de naissances et de décès, qu’au solde migratoire. Découvrir l’ensemble du bilan démographique 2019 de l’Insee.

  • Le groupe de distribution français Auchan a annoncé aujourd’hui la prochaine suppression de 517 emplois en France, dans le cadre d’un plan de départs volontaires. Celui-ci s’inscrit dans une réorganisation souhaitée par l’entreprise pour « répondre aux transitions digitale, alimentaire, écologique et économique » du secteur de la distribution, selon le président du groupe, Edgard Bonte.

  • Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé hier aux organisations syndicales qu’il allait consacrer 500 millions d’euros en 2021 à une hausse des salaires des enseignants. Cette annonce a été faite au premier jour de négociations avec les syndicats de l’Éducation nationale sur des revalorisations salariales devant compenser l’effet de la réforme des retraites sur le niveau des pensions des enseignants.

  • À l’issue d’une réunion à Pau, Emmanuel Macron a annoncé hier soir l’envoi de 220 soldats français supplémentaires pour soutenir dans leur lutte contre le djihadisme les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). La France est engagée militairement au Sahel depuis 2013 et mobilise actuellement environ 4 500 soldats, soit sa plus grosse opération militaire à l’étranger. Relire notre article sur la présence française au Mali.

  • Le maréchal libyen Khalifa Haftar, dont les troupes mènent une offensive contre le gouvernement installé dans la capitale, Tripoli, a quitté ce matin la Russie sans avoir signé l’accord formalisant le cessez-le-feu entré en vigueur dimanche en Libye. Ce texte a été signé hier soir par Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale, reconnu par l’ONU. La Russie, qui soutient Khalifa Haftar, et la Turquie, qui soutient Fayez al-Sarraj, sont à l’initiative de cet accord de cessez-le-feu.