14 janvier 2020

C'est leur avis

L’exécutif face à des conflits qui durent

Alors que la grève contre la réforme des retraites dure depuis 41 jours, l’intersyndicale CGT-FO-CFE-CGC-FSU-Solidaires appelle à une journée de mobilisation interprofessionnelle jeudi. Pour Françoise Fressoz, éditorialiste au Monde, la durée du conflit social est une donnée essentielle de cette contestation [€].

« C’est la deuxième fois depuis le début du quinquennat que le gouvernement se laisse surprendre par la longueur de la contestation. […] Le mouvement des “Gilets jaunes” et le conflit des retraites n’ont pas grand-chose à voir entre eux : le premier a éclaté sans crier gare alors que le second a été mûrement préparé. L’un a marginalisé les syndicats alors que l’autre semble les remettre en scène. […] Il n’en demeure pas moins que ce qu’ont obtenu les “Gilets jaunes” au terme de nombreux samedis de mobilisation, parfois ponctués de violence, est une ode à la radicalité. Et leur gain pèse sur le conflit des retraites. Il incite les plus durs à ne rien lâcher pour tenter d’obtenir toujours plus. Il complique le jeu des syndicats réformistes qui ne peuvent conclure trop rapidement avec le gouvernement, de peur d’être lâchés par leur base. C’est pourquoi la durée est, depuis le début, une des données essentielles du conflit. » Françoise Fressoz