• Lors d’un déplacement mardi à Pau, Emmanuel Macron a déclaré avoir demandé au ministère de l’Intérieur de lui faire des « propositions » pour améliorer la « déontologie » des forces de l’ordre, affirmant que des « comportements qui ne sont pas acceptables ont été vus ou pointés ». Depuis le 10 janvier, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a ouvert trois enquêtes pour des faits commis lors de la manifestation parisienne de la veille contre la réforme des retraites.

  • La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont annoncé mardi qu’ils déclenchaient le « mécanisme de règlement des différends » prévu dans l’accord de Vienne de 2015 encadrant le développement du nucléaire iranien qu’ils avaient cosigné. Ce mécanisme prévoit des négociations entre les États signataires de l’accord qui peuvent conduire, si elles n’aboutissent pas, au renvoi du dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Le 5 janvier, le gouvernement iranien avait annoncé ne plus limiter le nombre de ses centrifugeuses (servant à enrichir l’uranium), ce qui constitue une infraction à l’accord. Relire notre article sur l’Iran depuis la révolution islamique.

  • Le président américain, Donald Trump, a signé mercredi la première phase d’un accord commercial avec le vice-Premier ministre chinois, Liu He, en vue de mettre fin au différend commercial entre les deux pays. La Chine s’y engage à acheter 200 milliards de dollars de produits et services américains supplémentaires en 2020 et 2021. Depuis mars 2018, les États-Unis ont relevé à plusieurs reprises les droits de douane sur une liste toujours plus étendue de produits chinois et la Chine a répliqué en augmentant les siens.

  • Une sixième journée interprofessionnelle de mobilisation contre le projet gouvernemental de réforme des retraites s’est déroulée jeudi, rassemblant 187 000 personnes dans toute la France (contre 452 000 le 9 janvier), selon le ministère de l’Intérieur et « plusieurs centaines de milliers » selon la CGT. Samedi dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, avait annoncé la suspension dans le projet de la mesure « consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d’équilibre de 64 ans en 2027 ».

  • Le président russe, Vladimir Poutine, a présenté mercredi un projet de réforme de la Constitution pour étendre les pouvoirs du Parlement, du Premier ministre et du Conseil d’État, une institution aujourd’hui consultative. Il a également accepté la démission du Premier ministre, Dmitri Medvedev, et nommé son successeur, Mikhaïl Michoustine, dirigeant du service russe des impôts depuis 10 ans. Si Vladimir Poutine, dont le mandat s’achève en 2024, prend le contrôle du Conseil d’État, « il pourrait devenir le principal centre du pouvoir, surtout si les pouvoirs du président sont diminués », analyse Andrew Higgins, chef du bureau du New York Times à Moscou. Lire l’article d’Andrew Higgins (en anglais).

  • Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé jeudi l’envoi de troupes militaires en Libye, en soutien à Fayez al-Sarraj, le président du gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU. En novembre, la Turquie avait signé un accord de coopération militaire avec le GNA, qui fait face depuis avril à une offensive des troupes de l’Armée nationale libyenne commandées par le maréchal Khalifa Haftar, qui contrôlent la majeure partie du territoire libyen.