• Dans un discours sur la stratégie de défense et de dissuasion nucléaire de la France, Emmanuel Macron a appelé les autres pays européens à développer ensemble une « plus grande capacité d’action autonome » face aux désordres mondiaux et à participer à « un dialogue stratégique » sur « le rôle de la dissuasion nucléaire française ». Le président de la République a proposé « à ceux qui le souhaitent » de s’associer aux « exercices des forces françaises de dissuasion ».

  • La neuvième journée de mobilisation interprofessionnelle contre le projet de réforme des retraites a rassemblé hier 121 000 personnes, dont 15 000 à Paris, a affirmé hier soir le ministère de l’Intérieur. Ces chiffres sont légèrement supérieurs à ceux de la journée du 29 janvier. La CGT, qui n’a pas donné de chiffre national, a quant à elle recensé 130 000 manifestants à Paris contre 180 000 la semaine dernière.

  • Le conseil d’administration du groupe énergétique français Engie a décidé hier soir de ne pas renouveler le mandat de sa directrice générale, Isabelle Kocher. Le président d’Engie, Jean-Pierre Clamadieu, a estimé dans Les Échos que le groupe avait « pris du retard » dans plusieurs domaines essentiels. Isabelle Kocher était la seule femme à diriger une entreprise du CAC 40, un indice rassemblant 40 des principales entreprises cotées à la Bourse de Paris.

  • La présidence des États-Unis a annoncé hier soir que l’armée américaine avait tué Qassem al-Rimi, le dirigeant d’Al-Qaïda dans la péninsule Arabique, une organisation djihadiste basée au Yémen. Les auteurs de l’attentat de janvier 2015 contre le journal Charlie Hebdo avaient revendiqué leur appartenance à ce groupe terroriste.

  • Le Parti démocrate de l’Iowa a annoncé hier soir que Pete Buttigieg avait remporté 26,2 % des suffrages lundi lors du caucus de cet État américain, qui inaugure les primaires pour l’élection présidentielle américaine, devant Bernie Sanders (26,1 %). L’agence de presse AP a déclaré qu’en raison d’« irrégularités » dans le scrutin, elle ne pouvait désigner de vainqueur et le dirigeant du Parti démocrate, Tom Perez, a demandé un réexamen des résultats. Lire notre article sur les primaires américaines.