4 mars 2020

Tout s'explique

Joe Biden relancé par le « Super Tuesday »

Quels sont les résultats du « Super Tuesday » ?

Joe Biden, candidat à l’investiture démocrate, est arrivé en tête dans 9 des 14 États américains qui organisaient hier leurs primaires lors du « Super Tuesday ». À 77 ans, l’ancien vice-président de Barack Obama a réussi à relancer sa campagne après une première victoire, le 29 février, en Caroline du Sud et le ralliement de trois anciens candidats. Le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, 78 ans, s’est imposé dans quatre États, dont la Californie, un État important puisqu’il est celui qui offre le plus grand nombre de délégués. L’ancien maire de New York et milliardaire Michael Bloomberg, qui avait investi 500 millions de dollars en publicités politiques, n’a remporté aucun État. Il a annoncé aujourd’hui son retrait de la campagne et son soutien à Joe Biden. Elizabeth Warren se place derrière les deux favoris même dans le Massachusetts où elle est sénatrice.

Comment fonctionnent les primaires américaines ?

Les primaires démocrates vont permettre de désigner le candidat du parti à l’élection présidentielle qui aura lieu en novembre. 50 États fédéraux et sept territoires américains, tels que Porto Rico et les Samoa américaines, organisent des scrutins. Certains sont ouverts à tous les électeurs, d’autres sont réservés aux militants. Les électeurs votent pour élire des délégués affiliés aux candidats. Chaque État dispose d’un certain nombre de délégués, calculé notamment en fonction de sa population. Dans la plupart des États, les sièges sont attribués à la proportionnelle, à condition de recueillir au moins 15 % des suffrages exprimés. Le « Super Tuesday » est la journée pendant laquelle le plus grand nombre d’États votent en même temps. Le Parti républicain organise aussi des primaires, mais sept États les ont annulées en signe de soutien au président sortant, Donald Trump, selon un décompte de l’agence de presse AP.

Quels sont les programmes des candidats démocrates en lice ?

Bernie Sanders défend l’instauration d’un « programme national d’assurance maladie » pour tous ainsi qu’un accès gratuit à l’université. Pour répondre à la crise climatique, il propose un « Green New Deal » qui prévoit la création de 20 millions d’emplois et un « système énergétique 100 % renouvelable » d’ici 2030. Il entend surtout « briser la concentration des richesses » avec des impôts visant à « réduire de moitié la fortune des milliardaires en 15 ans ». Joe Biden s’oppose à ce programme en répétant que « les gens ne veulent pas de révolution ». Il souhaite avant tout mettre fin aux politiques menées par Donald Trump pour « restaurer la crédibilité et l’influence » des États-Unis sur la scène internationale. Il souhaite également « inverser la politique de Donald Trump » en matière de droit d’asile. Joe Biden se présente comme un défenseur de la classe moyenne américaine qu’il souhaite « reconstruire », considérant qu’elle est la « colonne vertébrale » du pays.