5 mars 2020

C'est leur avis

Les migrants pris dans un cynique jeu de pouvoir

Plus de 10 000 migrants sont bloqués à la frontière de la Turquie avec la Grèce alors qu’ils tentent de rejoindre l’Europe, selon l’Organisation internationale pour les migrations, une agence de l’ONU. Journaliste pour le quotidien belge De Standaard, Lieven Sioen critique le jeu de pouvoir entre l’UE et la Turquie et la fermeté de l’Europe face aux migrants.

« La Grèce a suspendu les demandes d’asile pour un mois et elle est déterminée à renvoyer immédiatement tous ceux qui entrent illégalement sur son territoire. C’est la réponse européenne au coup de poker du président turc Erdogan. Il a ouvert la frontière turque avec la Grèce le week-end dernier. Des milliers de réfugiés, généralement les plus vulnérables et désemparés, ont pris des bus spéciaux depuis Istanbul jusqu’à la ville frontalière d’Edirne. On ne leur a pas dit que la frontière grecque restait fermée. Ils sont désormais piégés dans un no man’s land, pris dans un cynique jeu de pouvoir entre l’UE et la Turquie. Si le président turc pensait pouvoir utiliser le désespoir des réfugiés pour pousser l’Europe à le soutenir davantage en Syrie, il découvre que le cœur de l’Europe est devenu froid. » Lieven Sioen