11 mars 2020

Tout s'explique

Les députés russes votent pour un maintien de Poutine au pouvoir

Comment s’est déroulé le vote des députés russes ?

Le Parlement russe a adopté aujourd’hui le projet de réforme de la Constitution russe. Hier, les députés russes avaient approuvé un amendement permettant de remettre à zéro le nombre de mandats effectués par le président Vladimir Poutine, l’autorisant ainsi à briguer deux nouveaux mandats de six ans après la fin, en 2024, de celui qu’il exerce actuellement. La proposition a été faite hier par Valentina Terechkova, première femme à effectuer un vol dans l’espace en 1963, devenue députée du parti de Vladimir Poutine, Russie unie. Elle a suggéré une levée totale de la limite de deux mandats successifs que la Constitution impose au président ou, a minima, que le compteur soit remis à zéro après la réforme constitutionnelle en cours. Vladimir Poutine s’est alors rendu devant les députés pour s’opposer à la suppression d’une limite du nombre de mandats, mais a déclaré accepter une remise à zéro si la Cour constitutionnelle la valide.

En quoi consiste le projet de réforme constitutionnelle ?

Vladimir Poutine a présenté son projet de réforme constitutionnelle le 15 janvier. Il propose de confier aux députés la prérogative d’élire le chef du gouvernement, alors qu’ils se contentent actuellement d’avaliser le choix fait par le président. La réforme prévoit une réévaluation régulière des pensions de retraite et du salaire minimum. Elle établit la primauté de la loi russe sur les traités internationaux. La Constitution devrait accueillir une mention de « la mémoire de nos ancêtres qui nous ont transmis des idéaux et la foi en Dieu » et préciser que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. Pour entrer en vigueur, la réforme constitutionnelle doit être validée par deux tiers des parlements régionaux russes, puis par la moitié des citoyens, qui seront consultés par référendum le 22 avril.

Quel est le bilan de Vladimir Poutine en Russie ?

Vladimir Poutine est au pouvoir depuis 1999, alternativement comme président et Premier ministre. La croissance du PIB (la production totale au sein d’un pays) a été forte jusqu’en 2012, à l’exception d’une chute en 2009 en raison de la crise économique mondiale. Depuis 2013, elle est en revanche inférieure à celle enregistrée en moyenne par les pays de l’OCDE, qui regroupe 36 pays parmi les plus industrialisés du monde. Une note de la direction générale du Trésor français explique la faible croissance russe par une faible productivité, un manque d’investissement chronique, un retard technologique ou une insuffisante diversification industrielle. Le taux de mortalité a nettement reculé depuis le début des années 2000, notamment en raison de mesures de lutte contre l’alcoolisme, tandis que la durée de scolarisation obligatoire a augmenté.