13 mars 2020

Tout s'explique

Des mesures face à l’épidémie de coronavirus

Quelles nouvelles mesures les autorités ont-elles mises en place ?

Emmanuel Macron a annoncé hier soir de nouvelles mesures pour faire face à « la plus grave crise sanitaire qu’a connue la France depuis un siècle », alors que 2 876 personnes ont été contaminées par le coronavirus selon un bilan publié hier par le ministère de la Santé. Tous les établissements scolaires, les universités et les crèches seront fermés à partir de lundi jusqu’à nouvel ordre. Le président appelle à la « responsabilité » de tous : les Français doivent limiter « au strict nécessaire » leurs déplacements, notamment les personnes âgées et les plus vulnérables, et privilégier le télétravail. Les entreprises pourront bénéficier du report des cotisations et impôts dus en mars. Dans les hôpitaux, les chirurgies non urgentes sont déprogrammées et l'ensemble du personnel de santé, y compris les étudiants et les jeunes retraités, sera mobilisé. Les élections municipales sont maintenues, mais tous les rassemblements de plus de 100 personnes sont désormais interdits.

Quelles sont les mesures de compensation pour les travailleurs ?

« Tout ce qui peut se faire en télétravail doit se faire en télétravail », a déclaré la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, aujourd’hui sur Franceinfo. Un emploi sur trois est concerné selon elle. Les autres travailleurs pourront « tous être en arrêt maladie s’ils n’ont pas de solution, pas de télétravail, pour s’occuper de leurs enfants » privés d’école, a-t-elle ajouté. Cet arrêt maladie, sans délai de carence, doit être réclamé par l’employeur. Les entreprises peuvent également demander à placer leurs salariés en chômage partiel (les heures non travaillées sont rémunérées à 70 % du salaire brut) et ainsi éviter de les licencier. L’État remboursera « 100 % du chômage partiel » aux entreprises, a assuré Muriel Pénicaud, y compris au-delà du salaire minimal. Depuis le début de l’épidémie, plus de 5 000 entreprises en ont fait la demande, pour un total de 80 000 salariés, selon la ministre.

Quels sont les résultats des mesures de restriction à l’étranger ?

La quarantaine imposée dans la région de Wuhan, d’où est partie l’épidémie, a empêché « une exportation des cas infectés » dans le reste de la Chine, note l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), une agence de l’ONU, en soulignant que cela a été possible en y ajoutant d’autres mesures, comme le traçage des contacts des victimes. Le nombre de cas quotidiens baisse désormais chaque jour, de même qu’en Corée du Sud, qui a mis en place d’importantes restrictions. En 2014, une autre étude de l’OMS sur l’épidémie de grippe avait montré que les restrictions de déplacements « peuvent retarder la propagation de la grippe, mais ne peuvent pas l’empêcher ». En France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a expliqué lundi que les autorités voulaient « éviter que trop de malades se contaminent ». Il a expliqué via un schéma qu’il souhaitait limiter la vitesse de progression des contaminations pour soulager les services de santé, quitte à ce que l’épidémie dure plus longtemps.