16 mars 2020

Tout s'explique

Des restrictions face à l’épidémie de coronavirus

Quelles restrictions ont été mises en place ?

L’épidémie de Covid-19 a contaminé au moins 5 423 personnes en France et fait 127 morts, selon un bilan publié hier soir par le ministre de la Santé, Olivier Véran. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé samedi soir la fermeture des restaurants, des cafés, des cinémas, des discothèques et de la plupart des commerces. Un arrêté publié aujourd’hui au Journal officiel dresse la liste des commerces qui peuvent continuer à recevoir du public, comme les magasins d’alimentation, les hôtels et les blanchisseries. Le Premier ministre a également appelé les Français à limiter « leurs déplacements et en particulier à éviter les déplacements interurbains ». La mairie de Paris a fermé depuis cet après-midi ses parcs et jardins. Le président de la République, Emmanuel Macron, doit s’exprimer ce soir à 20h pour faire de nouvelles annonces.

Quel est le rythme de propagation de l’épidémie ?

« Le nombre de cas double tous les trois jours », a déclaré ce matin sur France Inter le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, chargé de la politique de santé publique. Plusieurs autres pays européens connaissent un rythme de progression de l’épidémie identique, comme le montrent les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU. « Il y a des centaines de malades graves, ce matin, dans les services de réanimation, a rapporté Jérôme Salomon. Il y a une inquiétude que cette rapidité de l’épidémie entraîne une saturation du système hospitalier français. » Ce matin sur LCI, Philippe Juvin, chef du service des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris, a souligné le risque que représentent les personnes qui ont « une maison dans une région qui est totalement épargnée » et qui ont décidé d’y aller en cas de confinement, car ils pourraient « emmener le virus dans la région qui n’en a pas ».

Qui conseille l’exécutif sur les décisions à prendre ?

Les mesures prises par l’exécutif ces derniers jours, comme la fermeture des écoles et le maintien des élections municipales, ont été prises, selon le Premier ministre, en application des recommandations d’un « conseil scientifique ». La mise en place de ce groupe d’experts a été annoncée le 11 mars par le ministre de la Santé. Il se compose de 11 hommes et femmes, dont plusieurs infectiologues, un épidémiologiste, une réanimatrice, mais aussi un sociologue et une anthropologue. Son président, Jean-François Delfraissy, a expliqué vendredi que la décision de maintenir les élections municipales avait été prise en considérant que le risque pour les personnes de plus de 70 ans « n’était pas plus grand que la possibilité qu’on leur laisse de continuer à faire leurs courses ». Les avis du conseil scientifique seront désormais rendus publics, a déclaré hier au Monde la présidence de la République.