18 mars 2020

Tout s'explique

La recherche face au coronavirus

Quelles avancées y a-t-il dans la recherche contre le coronavirus ?

Plus de 200 000 cas de contamination confirmés au coronavirus responsable de l’épidémie de Covid-19 sont recensés dans le monde, selon des chiffres collectés par l’université américaine Johns Hopkins. Laboratoires et équipes de recherche suivent plusieurs pistes pour traiter la maladie et pour trouver un vaccin. Plusieurs médicaments font partie des solutions retenues pour l’essai clinique annoncé la semaine dernière par le ministère de la Santé. Parmi ces médicaments figurent le remdésivir, développé par un laboratoire américain, destiné à l’origine à lutter contre l’épidémie d’Ebola, en Afrique de l’Ouest, et un médicament anti-VIH, le Kaletra, disponible en version générique. Parmi les plus avancés dans la recherche d’un vaccin, le laboratoire américain Moderna a commencé lundi des tests sur 45 personnes saines. Si elle parvient à mettre au point un vaccin, sa commercialisation n’est pas attendue avant un an, le temps de le tester et de le valider.

Quel traitement a été expérimenté à Marseille ?

Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection, à Marseille, et membre du conseil scientifique chargé de conseiller le gouvernement face à la crise du coronavirus, a présenté lundi les résultats de tests menés sur 24 personnes contaminées. Après une semaine de traitement à l’hydroxychloroquine, un antipaludique, non retenu pour l’essai clinique, il n’y avait « plus que 25 % de porteurs » du virus, contre 90 % dans un groupe de patients non traités, a-t-il affirmé. « J’ai pris connaissance des résultats, a réagi hier le ministre de la Santé, Olivier Véran, et j’ai donné l’autorisation pour qu’un essai plus vaste par d’autres équipes puisse être entrepris dans les plus brefs délais sur un plus grand nombre de patients. » En février, le pharmacologue Jean-Paul Giroud avait souligné que l’hydroxychloroquine avait un « certain nombre d’effets indésirables », dont des affections du système immunitaire et des affections gastro-intestinales.

Quelles questions se posent sur l’accès aux traitements ?

Les différents traitements envisagés contre le Covid-19 soulèvent plusieurs questions. Contactée par Brief.me, Nathalie Ernoult, responsable du plaidoyer sur les questions d’accès aux médicaments pour l’ONG Médecins sans frontières, explique que si le remdésivir s’avère efficace, il restera à savoir si Gilead, le laboratoire, « va laisser les différents pays le produire » et « à quel prix sera le traitement ». Elle soulève également la question des médicaments conçus pour une autre maladie et qui seraient réorientés vers le Covid-19, comme le traitement anti-VIH Kaletra. « Il faut faire attention à ce qu’ils restent disponibles pour traiter les maladies auxquelles ils s’adressent à l’origine », estime-t-elle. Le laboratoire pharmaceutique Sanofi s’est engagé aujourd’hui à mettre son traitement antipaludique à base d’hydroxychloroquine à la disposition de la France et à offrir plusieurs millions de doses pouvant permettre de traiter 300 000 patients.