27 mars 2020

Tout s'explique

L’Allemagne face au coronavirus

Où en est la propagation du coronavirus en Allemagne ?

L’Institut Robert-Koch, l’organisme public chargé de la lutte contre les maladies en Allemagne, a annoncé hier que l’épidémie de Covid-19 avait tué 198 personnes dans le pays, soit 49 de plus que la veille. Il a déclaré que plus de 36 000 cas de contamination avaient été confirmés en Allemagne. Ce nombre est bien supérieur à celui communiqué hier soir par les autorités françaises, qui recensent 25 233 cas confirmés : la France limite actuellement le dépistage au personnel soignant et aux cas graves, tandis que l’Allemagne teste plus largement les personnes présentant des symptômes. Le président de la fédération allemande des hôpitaux DKG a déclaré mercredi qu’environ 1 000 patients étaient traités dans des unités de soins intensifs en Allemagne pour cause de Covid-19. Le même jour, près de 3 000 patients étaient en réanimation en France pour les mêmes raisons, selon le ministère de la Santé.

Comment l’Allemagne parvient-elle à effectuer plus de tests ?

Christian Drosten, virologue à l’hôpital de la Charité à Berlin, a déclaré hier que l’Allemagne effectuait désormais « un demi-million de tests chaque semaine », contre un peu plus de 60 000 en France, selon les chiffres communiqués mardi par le ministère de la Santé. Christian Drosten a expliqué que la forte présence de laboratoires sur tout le territoire avait facilité la réalisation de nombreux tests dès l’apparition de la maladie. L’Allemagne a également pu compter sur ses capacités industrielles. Plusieurs entreprises allemandes ont expliqué avoir commencé à développer des tests dès janvier. Le président du conseil scientifique sur lequel s’appuie le gouvernement français, Jean-François Delfraissy, déclarait il y a une semaine au Monde que la France avait « un énorme problème avec les réactifs utilisés », car ils proviennent de Chine où « la machine de production s’est arrêtée » et des États-Unis qui « les gardent pour eux ».

Quels autres facteurs peuvent expliquer le relativement faible nombre de morts ?

D’autres facteurs peuvent expliquer que l’Allemagne enregistre pour l’instant beaucoup moins de morts que la France ou l’Italie. En Allemagne, la plupart des cas confirmés concernent des personnes de 35 à 59 ans. Les premiers cas recensés dans le pays étaient des jeunes de retour de séjours au ski en Italie et en Autriche. Or le virus est plus mortel chez les plus âgés. Deux économistes de l’université de Bonn soulignent que les 30-49 ans allemands vivent bien moins fréquemment chez leurs parents qu’en Italie, ce qui a pu limiter la transmission aux personnes âgées. L’Allemagne possède 28 000 lits de soins intensifs, selon la fédération hospitalière DKG, ce qui lui permet pour l’instant de traiter le flux de malades. L’agence de presse allemande DPA note que les tests post-mortem au coronavirus ne sont pas aussi répandus qu’en Italie, ce qui peut contribuer à sous-évaluer le nombre de décès liés au coronavirus.