31 mars 2020

C'est leur avis

S’affranchir des traités pour mieux se protéger

Correspondant du Temps à Paris, Richard Werly estime qu’il est temps pour les pro-européens de se révolter et non de se réfugier derrière les traités de l’UE pour justifier le manque de solidarité à l’échelle européenne face à l’épidémie de Covid-19.

« Les pires défenseurs de l’Union européenne sont aujourd’hui ceux qui, à l’abri du confortable juridisme des traités, justifient l’attentisme sanitaire de Bruxelles par le fait que la santé n’est pas une compétence communautaire. Un tel raisonnement de bureaucrate est incompréhensible pour les citoyens touchés dans leur chair. Comment croire que, dans cette Union de 500 millions d’habitants, les commandes de masques et de réanimateurs passées ces jours-ci, en urgence et en même temps, par les États incapables de préserver leurs stocks stratégiques soient la bonne solution ? L’heure, au contraire, doit être à la révolte. Face au tsunami de contaminations et de décès, l’encre des traités négociés par les diplomates est une entrave dont les pro-européens doivent savoir s’affranchir pour agir et mieux protéger à l’avenir leurs concitoyens. » Richard Werly