2 avril 2020

C'est leur avis

Le pragmatisme du gouvernement

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé hier que 337 000 entreprises avaient effectué une demande de chômage partiel depuis le début de la crise en vue de couvrir 3,6 millions de salariés. Dans Les Échos, l’éditorialiste Dominique Seux met en avant le pragmatisme non libéral dont fait preuve le gouvernement [€].

« Il faut avoir conscience de ce que disent tous ces chiffres. Ils signifient qu’un salarié du secteur privé sur cinq (pas loin de 4 millions sur 20 millions, et cela va monter) vont être pendant quelques semaines payés par l’État. Plus encore : si on élargit le regard, avec les fonctionnaires et les chômeurs indemnisés, ce sont 40 % des actifs qui sont rémunérés par l’État. Oui, quatre sur dix. En partie, pas totalement bien sûr. Mais ce n’est jamais arrivé depuis 1945. Et peut-être même avant. […] Beaucoup de voix accusent matin midi et soir les pouvoirs publics d’ultra-libéralisme. Elles devraient reconnaître que quand la nécessité apparaît, ce gouvernement fait preuve d’un pragmatisme total. » Dominique Seux